«L’implication russe ne fait pas de doute», affirme l'ambassadrice américaine à l’ONU

Nikki Haley s’est prononcée dans le cadre d’entrevues à la télévision, diffusées dimanche.
Photo: Seth Wenig Associated Press Nikki Haley s’est prononcée dans le cadre d’entrevues à la télévision, diffusées dimanche.

L’ambassadrice américaine aux Nations unies a affirmé qu’il ne faisait pas de doute que la Russie avait été impliquée dans l’élection présidentielle aux États-Unis, et a tenu à dire que le président Donald Trump soutiendrait tout à fait des actions fortes contre le Kremlin après la conclusion des enquêtes.

Prenant la parole lors d’entrevues à la télévision, diffusées dimanche, Nikki Haley a fait valoir qu’il n’y avait pas de contradiction entre sa position tranchée et les déclarations publiques à répétition de M. Trump tentant de minimiser le rôle de la Russie. Elle a soutenu que M. Trump ne lui avait pas dit « une seule fois » de cesser de « frapper sur la Russie ».

 

[Il faut refuser de voir] n’importe quel pays s'impliquer dans nos élections

 
Cible

Avant elle, le secrétaire à la Défense, James Mattis, s’en était aussi pris à la Russie pour les gestes allégués durant la campagne électorale américaine en 2016.

Mme Haley a déclaré qu’il fallait être très ferme dans le refus de voir « n’importe quel pays s'impliquer dans nos élections ».

Le président russe, Vladimir Poutine, a nié toute ingérence de son pays dans l’élection 2016 ayant mis aux prises M. Trump et sa rivale démocrate Hillary Clinton.

Bien que M. Trump lui-même ait dit croire que des responsables russes avaient piraté les courriels du Parti démocrate durant l’élection, il a qualifié à répétition de « fausses nouvelles » toutes allusions à des liens de membres de son entourage ou de lui-même avec Moscou.

M. Trump a poursuivi dans ses attaques au cours de la fin de semaine, écrivant sur Twitter : « C’est le même média de fausses nouvelles [Fake News Media] qui disait qu’il n’y avait » pas de chemin vers la victoire pour Trump « qui soutient aujourd’hui l’histoire bidon sur la Russie. Une escroquerie totale ! »

Il a ajouté, dimanche, que la « véritable » histoire était la surveillance et les fuites de renseignements dans les médias.

1 commentaire
  • Gilles Bonin - Inscrit 3 avril 2017 09 h 24

    Chère ambassadrice...

    Attention, votre patron «twitter» risque de vous prendre en grippe ou vous parlez avec le Secrétaire d'état et vous foutez des errances de Trump...