Trump sur écoute? Aucune preuve, dit Conway

Kellyanne Conway
Photo: Evan Vucci Associated Press Kellyanne Conway

Washington — Une conseillère de Donald Trump a affirmé lundi n’avoir « aucune preuve » que le président américain ait été mis sur écoute par son prédécesseur, Barack Obama, des accusations explosives lancées par le dirigeant républicain sur Twitter.

« Je n’ai aucune preuve [d’une mise sur écoute de Donald Trump avant l’élection présidentielle], mais c’est pour cela qu’il y a une enquête au Congrès », a déclaré Kellyanne Conway sur ABC.

La conseillère du président, qui s’exprimait dans divers médias lundi matin après plusieurs semaines d’absence, a cependant laissé planer le doute dans le quotidien USA Today, affirmant qu’il y avait « plusieurs manières de se surveiller les uns les autres », y compris par des fours à micro-ondes.

Plus tard dans la journée, le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a quant à lui tenté de réinterpréter le sens des mots utilisés dans la déclaration-choc de Trump.

«Je pense qu’il n’y a aucun doute sur le fait que le gouvernement Obama... qu’il y a eu des gestes en matière de surveillance et autres activités lors de la campagne de 2016. Le président a utilisé l’expression “sur écoute” pour parler, de manière générale, de la surveillance et autres activités.»

Série de tweets

Donald Trump avait accusé, le 4 mars, Barack Obama d’avoir placé ses lignes sur écoute avant l’élection du 8 novembre, dans une série de tweets.

Le porte-parole de M. Obama avait démenti ces allégations, tandis que James Clapper, chef du renseignement américain sous Barack Obama, avait affirmé qu’aucune opération d’écoute de M. Trump n’avait été mise en oeuvre par les agences relevant de sa responsabilité.

Mais Donald Trump a persisté dans ses accusations et demandé que les commissions du Congrès qui enquêtent sur d’éventuelles ingérences de la Russie dans l’élection de novembre enquêtent sur ces éventuelles écoutes.

L’homme fort du Congrès, le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, qui fait partie d’un groupe de huit parlementaires qui accèdent à des informations classifiées, a répondu « non » dimanche au journaliste de CBS News qui lui demandait s’il y avait des raisons de croire les allégations de Donald Trump.

Fours à micro-ondes

Mme Conway a toutefois laissé entendre qu’on « pouvait surveiller quelqu’un à travers ses téléphones, certainement par ses télévisions », voire même par les « micro-ondes qui deviennent des caméras. […] Nous savons que c’est un fait de la vie moderne ».

Ses commentaires sur le four à micro-ondes ont aussitôt généré des commentaires ironiques sur les réseaux sociaux.

Donald Trump a semblé prendre sa défense sur Twitter en déplorant lundi « combien les médias sont malpolis avec mes représentants qui travaillent si durement ». « Soyez sympas, vous ferez beaucoup mieux ! », a-t-il lancé.

Les propos de Mme Conway font suite à des révélations la semaine dernière, par le site WikiLeaks, de moyens de piratage informatique de la CIA pour infiltrer et prendre le contrôle d’appareils électroniques.

1 commentaire
  • Gilles Bonin - Inscrit 14 mars 2017 01 h 44

    Pas de preves?

    Elle va en trouver... dans un micro-ondes!