Lafarge et le mur de Trump

Photo: Guillaume Louyot Getty Images

New York — Lorgnant le colossal programme de travaux publics en préparation aux États-Unis, le groupe franco-suisse LafargeHolcim se dit prêt à vendre son ciment pour le mur anticlandestins promis par Donald Trump, assure son p.-d.g. dans un entretien à l’AFP. « Nous sommes prêts à fournir nos matériaux de construction pour tous types de projets d’infrastructures aux États-Unis », déclare Eric Olsen, le patron du géant du ciment, interrogé sur sa possible participation à ce chantier controversé. « Nous sommes le premier cimentier aux États-Unis. Nous sommes ici pour soutenir la construction et le développement du pays. […] Nous ne sommes pas une organisation politique. » Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a appelé LafargeHolcim à « bien réfléchir » avant de vendre son ciment pour le mur avec le Mexique. « Je rappelle que les entreprises […] ont aussi une responsabilité sociale et environnementale. »