Des parlementaires vont se pencher sur les allégations d’espionnage de Trump

Trump a demandé dimanche au Congrès d’enquêter sur d’éventuelles écoutes de ses téléphones.
Photo: Susan Walsh / Associated Press Trump a demandé dimanche au Congrès d’enquêter sur d’éventuelles écoutes de ses téléphones.

Des parlementaires américains vont se pencher sur les accusations d’espionnage que le président Donald Trump a lancées contre son prédécesseur, Barack Obama, et sur lesquelles la Maison-Blanche a insisté dimanche, toujours sans preuve.

M. Trump a demandé dimanche au Congrès d’enquêter sur d’éventuelles écoutes de ses téléphones qui auraient été ordonnées avant l’élection du 8 novembre.

Quelques heures plus tard, le républicain Devin Nunes a assuré que la commission du renseignement qu’il préside à la Chambre des représentants chercherait « à savoir si le gouvernement [avait] mené des activités de surveillance sur des responsables ou des représentants de l’équipe de campagne d’un parti politique ».

Donald Trump, qui passait le week-end en Floride, avait lancé la veille ces allégations dans des tweets matinaux. Elles ont été catégoriquement démenties par le porte-parole de l’ancien président et elles ont suscité beaucoup de scepticisme dans la classe politique américaine.

Mots pesés

« Les rapports concernant des enquêtes aux motivations politiques potentielles juste avant l’élection de 2016 sont très inquiétants », a insisté dimanche Sean Spicer, porte-parole de la Maison-Blanche, dans un communiqué.

« Le président Donald J. Trump demande que, dans le cadre de leurs enquêtes sur l’activité russe, les commissions sur le renseignement au Congrès exercent leur autorité de supervision pour déterminer si les pouvoirs d’enquête de la branche exécutive ont été outrepassés en 2016 », a-t-il ajouté.

Les mots sont pesés, la formulation très prudente contrairement aux tweets de la veille.

Le porte-parole de Barack Obama, Kevin Lewis, a répliqué en assurant samedi que l’accusation était « tout simplement fausse ».

James Clapper, chef du renseignement américain (DNI) sous Obama, a affirmé qu’« aucune opération d’écoute [n’avait] été mise en oeuvre » par les organismes sous sa responsabilité (dix-sept agences et entités de renseignement) contre Donald Trump.

Et selon le New York Times, le directeur du FBI James Comey considère que ces accusations sont dénuées de fondement et a demandé au département de la Justice de les rejeter publiquement.

4 commentaires
  • Colette Pagé - Abonnée 5 mars 2017 10 h 47

    Menteur pathologique et mesure de diversion . (Partie 1)

    Menteur narcissique parthologique. Arnaqueuur selon l'écrivain Philip Roth, auteur du Complot contre l'Amérique sans oublier sa référence pour décrire Trump au Grand Escroc de Herman Melville.

    En tant que Président des États-Unis Philip Roth considère que Trump est Unique : "Ignorant des affaires du Gouvernement, de l'histoire, de la science, de la philosophie et de l'art. Trump est incapabe d'exprimer ou de reconnaître la subtillté ou la nuance, dépourvu de toute décence et usant d'un vocabulaire de 77 mots dans un anglais approximatif".

    Avec ce Président va-t-en guerre et qui cède au lobby de l'armement en augmentant le budget militaire comme si le pays était en guerre, le plus terrifiant est que tout est devenu possible, y compris bien sûr, la catastrophe nucléaire.

    Quant à sa prétention à l'effet qu'il aurait été espionné il faut garder en mémoire que depuis le Watergate pour se réaliser l'écoute téléphonique doit être autorisée par un juge et reposer sur des motifs sérieux. Dont notamment sur des relations que Trump et les membres de son équipe auraient pu avoir avec la Russie affectant notamment la sécurité du pays ainsi que le résulat de l'élection.

    Vue la sortie de Trump se pourrait-il que cette complicité soit à la veille d'être rendue publique ?

    Comme Trump qui agit avec précipitation et sous le coup de l'émotion est toujours embourbé dans des situations problématiques il est raisonnable de penser qu'en attaquant le populaire Président Obama alors qu'il est au plus bas dans les sondages, il utilise cette mesure de diversion pour faire oublier son incompétence.Ét

    Est-il nécessaire, pour démontrer l'imprévisibilité du personnage et son manque de cohérence de rappeler qu' il y a moins de 2 mois il qualifiait de Président Obama de bonne personne.

  • Colette Pagé - Abonnée 5 mars 2017 10 h 48

    Menteur pathologique et mesure de diversion. (Partie 2)

    Et ce filou qui revêt le costume du militaire avec casquetteAAvecA a échappé 4 fois à la demande de servir son pays durant la guerre au Vietnam dont une fois en raison d'un certificat médical de complaisance reliée à une faiblesse à une jambe alors qu'il pratiquait allégrement le ballon panier. Un grossier personnage. La honte de l'Amérique !

    La bonne nouvelle ! Grâce à Trump, 1984 et la Ferme des animaux, deux livres majeurs de Georges Orwell ont fait un retour remarqué au sommet des listes des meilleures ventes de The New York Times, d'Amazon, de Barnes et Nobles et des librairies indépendantes.

    Et pour les lecteurs qui en plus des 4 titres cités précédemment, souhaiteraient poursuivre dans cette voie, il faudrait ajouter les volumes suivants : Le Meilleur des mondes, Aldous Huxleyet La Servante Écarlate, Margaret Atwood.

  • Michel Lebel - Abonné 5 mars 2017 11 h 09

    Totalement inapte!


    Trump montre une fois de plus qu'il est totalement inapte à remplir la fonction présidentielle. Une situation à la fois désolante et dangereuse. Je prédis toutefois qu'il ne pourra pas remplir son mandat de quatre ans.

    M.L.

  • Gilles Bonin - Abonné 5 mars 2017 12 h 54

    Bouffon, mais...

    Bouffon, mais maître de la diversion et il peut sûrement compter sur assez de Républicains du Congrès pour brasser le vent et tenter de faire illusion, au risque de se discréditer totalement.

    De deux choses l'une, il y a eu des écoutes (non de Trump directement, mais d'entités extérieures avec qui probablement de ses proches organisateurs ont communiqué, notamment des intermédiaires russes dans le cadre de la campagne - Trump dans la gestion de ses affaires peut-être aussi... De l'autre, cela vient des medias «poubelle», spécialistes du complot qu'il adore consulter comme source d'information.

    Dans les deux cas, cela démontre un incompétent crasse si ne se fie qu'aux complotistes de droite ou d'un minable débile en demandant que le Congrès d'enquêter sur tout cela. Il se cale? À souhaiter et au plus vite que le Congrès réagisse et s'en débarrasse - un peu utopique bien sûr.