George W. Bush critique les attaques de Trump contre les médias

L’ancien président américain George W. Bush lors de l'intronisation de Donald Trump, en janvier dernier
Photo: Saul Loeb Archives Agence France-Presse L’ancien président américain George W. Bush lors de l'intronisation de Donald Trump, en janvier dernier

Washington — L’ancien président américain George W. Bush a indirectement critiqué les virulentes attaques de Donald Trump contre la presse, lors de très rares commentaires publics sur la politique et les médias.

Le 43e président des États-Unis — qui n’a pas été épargné par les médias pendant ses huit ans à la Maison-Blanche — ne partage pas le point de vue de son successeur qui voit dans la presse « un ennemi du peuple américain ».

« J’estime que les médias sont indispensables à la démocratie. Les médias sont indispensables pour que des gens comme moi aient à rendre des comptes », a dit l’ancien président lors d’une rare entrevue sur NBC.

Le 45e président des États-Unis se livre à des attaques sans relâche contre les principaux médias américains qu’il accuse d’être partiaux et de répandre de fausses nouvelles.

Au fur et à mesure de révélations sur les dysfonctionnements au sein de la Maison-Blanche, les attaques du président se sont faites plus violentes et plus directes, sur Twitter, mais aussi à l’occasion de grands discours.

Stephen Bannon, l’un des plus proches conseillers du président, a pour habitude de qualifier la presse de « parti de l’opposition ».

George W. Bush, qui publie un livre consacré à ses peintures, a souligné que « le pouvoir peut être très addictif et corrosif, et il est très important que les médias demandent des comptes à ceux qui abusent du pouvoir ».

Il a également estimé que les critiques systématiques visant les médias américains minaient les efforts des États-Unis de promotion de la démocratie et d’une presse libre à l’étranger.

2 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 27 février 2017 16 h 54

    Bravo!

    Bravo pour cette intervention de George W. Carter et Obama devraient faire de même.

    M.L.

  • Denis Paquette - Abonné 28 février 2017 00 h 14

    Tout le Moyen Orient a feu et a sang

    Ce n'est pas un individu que j'aime car c'est un individu qui a vendu son âme a son clan, mais il a au moins le courage d'affirmer que les gens de presse sont importants, il sait tres bien que sans les gens de la presse, ca aurait pu être pire, n'est ce pas eux qui ont dénoncés ses mensonges, mais ca quand meme eu comme conséquences de mettre tout le Moyen-Orient a feu et a sang et nous ne savons pas quand la paix reviendra