Trump nomme son gendre Jared Kushner haut conseiller

Jared Kushner a gagné la confiance de son beau-père en gérant avec dextérité sa campagne sur les réseaux sociaux.
Photo: Mandel Ngan Agence France-Presse Jared Kushner a gagné la confiance de son beau-père en gérant avec dextérité sa campagne sur les réseaux sociaux.

Donald Trump a nommé lundi son gendre, Jared Kushner, haut conseiller à la Maison Blanche, officialisant le rôle clé que joue déjà à ses côtés le riche mari d’Ivanka.


Un communiqué a confirmé lundi soir cette nomination annoncée quelques heures plus tôt par les médias américains. Ces derniers spéculaient depuis des semaines sur le rôle que le jeune homme d’affaires — il aura 36 ans mardi — aurait à la Maison-Blanche, tant son influence n’a cessé de croître ces derniers mois.

M. Kushner, qui a renoncé à tout salaire pour la durée de ce poste, « a été un atout formidable et un conseiller de confiance pendant toute la campagne et la période de transition et je suis fier de l’avoir dans un rôle clé de mon administration », a déclaré Donald Trump, qui doit faire mercredi sa première conférence de presse depuis son élection.

Place privilégiée
Jared Kushner, qui n’avait aucune expérience politique avant de devenir le cerveau de la campagne de son beau-père, est le benjamin de la liste des personnes nommées par Donald Trump pour l’aider à diriger les États-Unis.

Lui qui a toujours travaillé dans l’ombre devra oeuvrer « en étroite collaboration » avec le très controversé Steve Bannon, conseiller en stratégie et figure de « l’alt-right » proche des nationalistes, et de Reince Priebus, secrétaire général de la Maison-Blanche.

Selon certains commentateurs, ce télégénique entrepreneur pourrait même être au-dessus de Bannon et Priebus : tout président a « une ou deux personnes auxquelles il fait intuitivement et structurellement confiance. Jared pourrait bien être cette personne », confiait ainsi récemment l’ex-secrétaire d’État Henry Kissinger au magazine Forbes, qui connaît bien Trump.

La nomination de M. Kushner, riche président de l’entreprise immobilière Kushner Companies, risque d’alimenter les critiques sur la brochette des très fortunés conseillers qui entourent le prochain président, élu en partie sur la promesse de se faire le porte-parole des perdants de la mondialisation.

Elle pourrait aussi renforcer les soupçons de conflits d’intérêt et de népotisme.

Questions éthiques


Les avocats de M. Kushner estiment cependant que les lois fédérales anti-népotisme, qui interdisent aux responsables des agences fédérales d’engager des membres de leur famille, ne valent pas dans son cas, car la Maison-Blanche n’est pas une agence, selon le New York Times.

Quant aux conflits d’intérêt du jeune homme, une avocate recrutée par M. Kushner avait indiqué lundi qu’il « quitterait ses fonctions » aux Kushner Companies, procéderait à des « désinvestissements substantiels » et resterait à l’écart des questions avec « un effet direct et prévisible » sur ses intérêts financiers, dans un communiqué.

« M. Kushner est déterminé à se plier aux lois fédérales américaines en matière d’éthique et nous sommes en contact avec le Bureau fédéral sur l’éthique gouvernementale concernant les mesures à prendre », a ajouté l’avocate, Jamie Gorelick.


Empire immobilier


Avant d’épouser Ivanka en 2009, avec laquelle il a trois jeunes enfants, Jared Kushner avait, comme Donald Trump, hérité de son père d’un mini-empire immobilier, dans le New Jersey. Trump a démarré lui dans le Queens et à Brooklyn.

Pendant la campagne, M. Kushner a séduit son beau-père par une fidélité à toute épreuve. À l’été 2015, alors qu’un tweet aux relents antisémites circulait parmi les supporters de Trump, alarmant la communauté juive, Kushner, issu lui-même d’une famille juive orthodoxe proche des démocrates, assurait ainsi que Trump n’«est ni antisémite, ni raciste ».

Kushner — qui, contrairement à Donald Trump, ne tweete jamais et laisse à sa femme Ivanka le soin de promouvoir leur très télégénique famille sur Instagram — s’est ensuite hissé au rang de chef d’orchestre en assurant avec succès la promotion du candidat républicain sur les réseaux sociaux.

Conseiller incontournable?
Depuis l’élection, Kushner est devenu incontournable sur de nombreux dossiers : l’équipe de transition de Trump a ainsi demandé à l’administration Obama de passer par lui pour toute question de politique étrangère qui mériterait l’attention du nouveau président, selon les médias américains.

Donald Trump indiquait récemment que Kushner, à l’origine de son discours de campagne sur Israël, pourrait l’aider à « être celui qui fera la paix entre Israël et les Palestiniens ».

Jared Kushner, dont beaucoup soulignent les talents d’entregent, pourrait aussi influer sur les relations volcaniques de Trump avec les médias : après avoir repris un hebdomadaire très lu de l’élite new-yorkaise, le New York Observer, il est devenu un intime du magnat australien Rupert Murdoch.

2 commentaires
  • Colette Pagé - Inscrite 9 janvier 2017 17 h 17

    Pacte de famille !

    Ce qui ressemble de plus en plus à une gouvernance reposant sur l'historique Family Compact du début du Canada ce mélange de genres démontre à l'évidence que le Président a peu confiance en des personnes bien informés , des conseillers indépendants, autres que sa fille et son gendre.

    Paradoxale situation qui exigera une vigilance constante des responsables de la surveillance des problémes d'éthique et de conflits d'intérêts.

  • Daniel Gagnon - Abonné 9 janvier 2017 22 h 16

    Un gouvernement relativement incestueux et dangereux.

    Monsieur Trump semble incapable de mener des dossiers importants, car son déficit d'attention est trop grand et il est trop instable émotivement, et il perd rapidement la mémoire de tout ce qui ne le concerne pas personnellement.

    Il y a donc toute une réorganisation du pouvoir à la Maison blanche, et la circulation des idées, le courant ne sera jamais rétabli autrement qu’en catimini dans le creuset familial. Les institutions seront ainsi en grande partie coupées d'un accès premier au Président.

    Le président désigné Trump s'entoure donc de personnes « de confiance », pour gérer une situation qui le dépasse. Ces personnes, en qui il a confiance, ne sont pas nécessairement de confiance, car elles ont été nommées sur la base de leurs seuls liens de parenté, en dehors de tout critère de compétence autre « je suis bien content de cette personne de ma famille ».

    On se demande comment seront gérées les 7,000 têtes nucléaires des États-Unis dans pareil contexte.

    L'impression que donne cet aspect familial est que ce sera un gouvernement relativement incestueux, et dangereux.

    En réalité le gouvernement de Monsieur Trump en sera un de népotisme, de clientélisme, de patronage et de favoritisme.