Trump nomme Rex Tillerson chef de sa diplomatie

<em>« Je ne peux imaginer une personne mieux préparée et aussi dévouée, pour servir en tant que secrétaire d’État »</em>, a déclaré M. Trump.
Photo: Paul Sancya Associated Press « Je ne peux imaginer une personne mieux préparée et aussi dévouée, pour servir en tant que secrétaire d’État », a déclaré M. Trump.

Washington — Le président élu américain Donald Trump a nommé mardi à la tête de sa diplomatie, Rex Tillerson, le p.-d.g. du géant pétrolier ExxonMobil, qui a des liens étroits avec la Russie, selon un communiqué officiel.
 

M. Tillerson, 64 ans, qui connaît personnellement le président russe Vladimir Poutine, devrait être chargé de normaliser les relations avec la Russie, mises à mal par l’annexion de la Crimée et le différend entre Washington et Moscou sur la guerre en Syrie.
 

« Je ne peux imaginer une personne mieux préparée et aussi dévouée, pour servir en tant que secrétaire d’État à ce moment crucial de notre histoire », a déclaré M. Trump, cité dans le communiqué.
 

« M. Tillerson sait comment gérer une organisation de dimension mondiale et comment s’orienter dans l’architecture complexe des affaires du monde et de différents dirigeants étrangers », souligne le communiqué, justifiant le choix inhabituel d’un homme d’affaires de l’envergure de M. Tillerson, pour ce poste.
 

« En tant que secrétaire d’État, il sera un avocat ferme et lucide des intérêts nationaux vitaux de l’Amérique et il aidera à changer des années de mauvaise politique étrangère et d’actions qui ont affaibli la sécurité et la place de l’Amérique dans le monde », poursuit le communiqué.
 

La confirmation de la nomination risque d’être compliquée au Congrès par les liens de M. Tillerson avec la Russie, accusée par la CIA d’avoir interféré dans l’élection américaine en faveur du milliardaire.

Réaction du Kremlin
 

Le Kremlin a salué en Rex Tillerson un «professionnel» qui a de «bonnes relations de travail» avec le président russe Vladimir Poutine.

 

«Les responsables russes, et pas seulement le président, ont de bonnes relations, des relations de travail avec Tillerson. C’est une personnalité solide. Il est très professionnel dans son domaine», a déclaré à la presse peu après la nomination le conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov.

L’ancien gouverneur du Texas pressenti à l’Énergie

Washington — L’ancien gouverneur du Texas, Rick Perry, qui avait appelé il y a plusieurs années à la suppression du Département de l’Énergie, devrait être nommé par Donald Trump secrétaire à l’Énergie, ont rapporté des médias américains.

 

À 66 ans, Rick Perry qui avait été candidat à l’investiture républicaine mais avait rapidement jeté l’éponge, a été aperçu lundi entrant et sortant de la Trump Tower où le président élu mène ses consultations en vue de former son administration.

 

Après son retrait des primaires, l’ancien gouverneur du Texas, État riche en pétrole, avait apporté son soutien au sénateur Ted Cruz et qualifié Donald Trump de «cancer pour le conservatisme».

 

Mais son nom a été régulièrement cité dans les médias parmi les candidats possibles pour le portefeuille de l’Énergie.

 

Les chaînes NBC et CBS, citant deux sources proches du processus de transition, ont assuré lundi soir que Donald Trump avait finalement choisi Rick Perry pour le poste de secrétaire à l’Énergie.

 

Déjà candidat à l’investiture républicaine en 2012, M. Perry avait lors d’un débat resté fameux affirmé vouloir supprimer trois ministères mais s’était montré incapable de les citer tous les trois, évoquant seulement les Départements de l’Éducation et du Commerce. Avec retard, il s’était finalement souvenu que c’était l’Énergie.

7 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 13 décembre 2016 02 h 26

    Quelle vision édylique du monde

    le grand patron Exon Mobil, secrétaire, n'étais-ce prévisible , Exon Mobil n'est elle pas la compagnie de notre civilisation, enfin si on peut appeler ainsi notre monde, aussitôt il me vient en tete, une idée, que sera l'avenir de notre planete,, une planete traversée de toute part par des tuyaux, enfuient sous d'immenses reservoirs, ou des humains a l'oeuil agard, au teint blafard s'affèrent, a des tâches folles, quelle vision édylique du monde

  • Raymond Chalifoux - Abonné 13 décembre 2016 08 h 37

    L'Amérique post Obama...

    ... n'a vraiment pas les moyens de se payer un président qui "tranquillement-le-deux-pieds-en-dedans" apprendra sur le tas, tout en en échappant une plus ou moins grosse ici et là..

    Chez les Républicains, il n'y a pas que des extrémistes à Trump, Palin, Bannon, etc. Il y a beaucoup, beaucoup, d'émissaires du "grand cash", et mon petit doigt me dit que s'il devait y avoir mutinerie un de ces quatre... la bouée de sauvetage en forme de veste antiballes ne viendra sûrement pas des Démocrates. À suivre.

  • Francois Cossette - Inscrit 13 décembre 2016 09 h 48

    Démocrassie

    Tres drole, ce sont les pauvres qui ont élu trump et ce sont les riches qui vont se remplir les poches, la parfaite démocratie.

  • Colette Pagé - Inscrite 13 décembre 2016 11 h 27

    Conflits d'intérêts en perspective !

    Tous ces milliardaires, c'est bien connu, auront à coeur la défense des intérêts des laissés-pour-compte et des électeurs de la classe moyenne. Démonstration à l'évidence que les électeurs du nouveau président ont été leurrés !

    Et pour bientôt, une manne pour les journalistes d'enquête : un nombre sans précédent de conflits d'intérêts : Trump et ses hôtels, le nouveau secrétaire d'État et ses intérêts dans l'industrie pétrolière.

    • Francois Cossette - Inscrit 13 décembre 2016 12 h 25

      Je sens un peu d'ironie dans votre propos, je ne sais pas pourquoi.

  • Jean-Marc Simard - Inscrit 13 décembre 2016 17 h 29

    L'oligarchie prend le pouvoir...

    Au moins ça devient de plus en plus clair, Trump est en train de donner officiellement le pouvoir aux oligarques pétroliers et de transformer la Maison Blanche en conseil administratif d'une oligarchie mondiale...Toutes nouvelles politiques de la gouvernance de Trump aura donc pour seul objectif de servir de tremplin à faire plus de cash...Donc toutes politiques qui ne serviront pas le «dieu argent» seront éliminées d'emblée...Le seul critère d'acceptation de toutes messures sociales, économiques et environnementale sera:« est-ce que c'est payant ?» Point...On entre dans une ère de grande «trumperie»...Attachons nos ceintures...Les illuminatis prennent le pouvoir...