Trump menace de poursuivre les femmes l’accusant d’inconduite sexuelle

Le candidat républicain, Donald Trump
Photo: Mark Makela / Getty Images / Agence France-Presse Le candidat républicain, Donald Trump

Le républicain Donald Trump a plongé sa campagne dans une nouvelle controverse, samedi, en promettant de poursuivre toutes les femmes « menteuses » qui l’ont accusé d’inconduite sexuelle.

Le candidat à la présidence a fait ces menaces samedi, alors qu’il était censé livrer un discours sérieux dans la ville historique de Gettysburg, en Pennsylvanie. Sa campagne avait annoncé qu’il allait énumérer les politiques qu’il prévoit mettre en place dans les 100 premiers jours de sa présidence.

Or, il n’a pas pu se retenir de critiquer Hillary Clinton, les médias et surtout les femmes qui l’ont dénoncé dans les derniers jours.

M. Trump a indiqué qu’il avait « hâte » de poursuivre « toutes ces menteuses » dès que l’élection sera terminée.

Dix femmes ont accusé le candidat républicain d’inconduite sexuelle — allant d’avances non désirées à des agressions sexuelles — dans la foulée de la publication d’un enregistrement audio dans lequel M. Trump tenait des propos vulgaires et misogynes.

Donald Trump, bien qu’il se soit excusé de ses propos dans l’enregistrement, a nié toutes les allégations mises de l’avant par ces femmes et il a même laissé entendre que certaines d’entre elles n’étaient pas assez attirantes pour qu’il soit tenté de faire quoi que ce soit.

« Toutes ces femmes ont menti lorsqu’elles ont parlé pour nuire à ma campagne », a-t-il tranché.

Sans fournir de preuve, M. Trump a suggéré que toutes ces sorties pourraient avoir été coordonnées par le clan Clinton ou le Comité national démocrate.

Selon l’organisation de Mme Clinton, ce discours donne d’inquiétants indices sur ce que pourrait être une présidence placée sous la responsabilité de Donald Trump. Christina Reynolds a qualifié les propos de « confus et décousus ».

Premières mesures
Donald Trump a tout de même énoncé quelques-unes des politiques qu’il compte adopter dans les 100 premiers jours de sa présidence — des mesures, qui, croit-il, vont rallier tout le monde.

Il s’est engagé à retirer les restrictions sur la production énergétique intérieure, à identifier la Chine comme un pays manipulateur de devise et à renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

« C’est mon engagement envers vous, et si nous suivons ces étapes, nous aurons un gouvernement par et pour le peuple », a-t-il dit, évoquant une phrase prononcée par Abraham Lincoln lors de son célèbre de discours de Gettysburg, livré en 1863 lors de la guerre civile.

Le discours de M.Trump comprenait certains éléments nouveaux, dont un gel d’embauche auprès des fonctionnaires fédéraux et une peine minimale obligatoire de deux ans pour les immigrants illégaux qui retournent aux États-Unis après avoir été déportés une première fois.

À voir en vidéo

2 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 23 octobre 2016 08 h 00

    La Justice

    La justice appartient aux riches, le candidat Trump vient de nous le démontrer avec certitude.

  • Colette * Doublon * Pagé - Inscrite 23 octobre 2016 11 h 30

    Poursuites baîllons 1

    Habitué à jouer les gros bras et afin de déstabiliser les femmes de dénoncer son comportement sexuel inapproprié le Donald veut les faire taire. Et comme à son habitude, ce quirulent plaideur menace de les poursuivre.

    Faut-il se rappeler son attitude de prédateur lors du 2ème débat. Comme un lion en cage se préparant à sauter sur sa proie. Un dangereux et vulgaire personnage.

    Mais, qui peut croire cet homme lorsqu'il affirme qu'il respecte les femmes ! Même sa fille commence à prendre ses distances de ce père indigne.