Obama somme Trump d’arrêter de discréditer l’élection

<em>«Je conseillerais à M. Trump d’arrêter de pleurnicher et d’essayer de défendre ses opinions pour obtenir des suffrages»</em>, a affirmé mardi Barack Obama.
Photo: Pablo Martinez Monsivais «Je conseillerais à M. Trump d’arrêter de pleurnicher et d’essayer de défendre ses opinions pour obtenir des suffrages», a affirmé mardi Barack Obama.

Le président Barack Obama a violemment attaqué Donald Trump mardi, lui conseillant d’« arrêter de pleurnicher » et de discréditer l’élection présidentielle du 8 novembre, que le républicain, à la traîne dans les sondages, accuse déjà d’être truquée.

« Je n’ai jamais vu de ma vie, ou dans l’histoire politique moderne, un candidat à la présidentielle chercher à discréditer les élections et le processus électoral avant que le vote n’ait lieu. C’est sans précédent et ce n’est basé sur aucun fait », a déclaré le président américain, jugeant cette attitude « irresponsable ».

« Vous commencez à pleurnicher alors que la partie n’est même pas terminée ? » a-t-il lancé lors d’une conférence de presse à Washington avec le chef du gouvernement italien Matteo Renzi.

« Si, quand les choses tournent mal pour vous et que vous commencez à perdre, vous en rejeter le blâme sur autrui, alors vous n’avez pas ce qu’il faut pour faire ce boulot », a-t-il ajouté.

« Je conseillerais à M. Trump d’arrêter de pleurnicher et d’essayer de défendre ses opinions pour obtenir des suffrages », a ajouté M. Obama.

Veille de débat

Ces critiques sans détour sont intervenues à la veille du dernier débat télévisé entre Donald Trump et Hillary Clinton, qui opposera les deux candidats à la Maison-Blanche pendant 90 minutes, mercredi soir, à l’université du Nevada à partir de 18 h 00 locales (01 h 00 GMT jeudi).

Le milliardaire républicain y arrive à la traîne dans les sondages, affaibli par les récentes accusations d’une dizaine de femmes lui reprochant attouchements et baisers forcés, parfois il y a très longtemps. Des mensonges fabriqués, selon Trump.

Au programme du débat, si le modérateur en garde le contrôle : dette publique et programme sociaux, immigration, économie, Cour suprême, « points chauds » dans le monde, et capacité de deux candidats à être président.

Comme à son habitude, Mme Clinton s’est minutieusement préparée. Elle n’avait aucun événement public lundi et mardi. Elle s’est envolée mardi pour Las Vegas.

« Elle attend ce débat final avec impatience », a confié sa directrice de la communication Jennifer Palmieri aux journalistes dans l’avion. M. Trump « pensait que sa stratégie de la terre brûlée ferait baisser nos votes, mais si elle a eu un résultat, c’est d’aider à motiver nos électeurs », a-t-elle ajouté.

Donald Trump a lui aussi consacré un peu de temps à la préparation du débat mardi matin, selon son entourage, avant deux meetings dans l’après-midi.

Trump contre Clinton

À Colorado Springs, il a poursuivi ses féroces critiques contre Mme Clinton, « la personne la plus corrompue à s’être jamais présentée à la présidence ». « Enfermez-la », scandait la foule, slogan habituel à ses meetings.

Donald Trump a de nouveau dénoncé une élection « truquée », s’en est aussi pris à la presse « totalement malhonnête » sans laquelle Hillary Clinton « ne serait rien », et affirmé qu’il n’avait plus confiance dans les sondages qui prédisent la victoire de son adversaire dans trois semaines.

« Ce sera un nouveau Brexit », a-t-il affirmé, en référence au résultat surprise du référendum pour le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, en juin dernier.

Et pour « assécher le marécage » à Washington, il a déclaré qu’il proposerait, s’il est élu, de limiter les mandats des élus du Congrès.

Révélations gênantes

Cette fin de campagne a aussi son lot de révélations gênantes pour Mme Clinton.

Des milliers d’emails du président de sa campagne John Podesta ont été piratés par Wikileaks et sont publiés quasi chaque jour. Ils montrent les calculs de sa campagne, son extrême contrôle, ses liens avec Wall Street à travers ses discours payés, dont certains ont été publiés.

La moyenne des derniers sondages la donne désormais à 45,9 % des intentions de vote au niveau national, contre 39 % pour Trump. Elle est aussi en tête dans la plupart des États-clés où se jouera l’élection, sauf dans l’Ohio, la Géorgie, l’Iowa et l’Arizona.

Dans ce dernier État, qui a voté républicain aux quatre dernières élections présidentielles, l’écart s’est cependant nettement réduit et les démocrates y enverront jeudi une arme de choc, la très populaire et dynamique Michelle Obama.

3 commentaires
  • André Mainguy - Inscrit 18 octobre 2016 19 h 20

    Trump

    Donald Trump nuit à son pays plus que tout autre avant lui. Les USA sont constitués d'États important et de culture différente, mais le ciment qui soude la Nation commence à se fissurer dangereusement.

  • Raymond Labelle - Abonné 18 octobre 2016 20 h 47

    À quoi joue Assange (de Wikileaks)

    "Des milliers d’emails du président de sa campagne John Podesta ont été piratés par Wikileaks et sont publiés quasi chaque jour."

    Travaillent-ils pour faire élire Trump?

  • Gilles St-Pierre - Abonné 19 octobre 2016 01 h 19

    Cordonnier mal chaussé

    Après G.W. Bush, s'il est élu, Donald Trump devrait donc partir en croisade pour aller donner des leçons de démocratie dans le monde; ca semble être un gros dada chez les républicains.