Étude: les jeunes Américains travaillent plus et gagnent moins qu’en 1980

Alors que les jeunes travailleurs gagnent moins qu'en 1980, le salaire horaire moyen, ajusté de l’inflation, a connu, lui, une augmentation de 16 % en 25 ans.
Photo: Spencer Platt/Getty Images/Agence France-Presse Alors que les jeunes travailleurs gagnent moins qu'en 1980, le salaire horaire moyen, ajusté de l’inflation, a connu, lui, une augmentation de 16 % en 25 ans.

Washington — Les jeunes travailleurs aux États-Unis gagnent moins que la génération précédente au même âge alors qu’ils travaillent plus, selon une étude du Pew Research Center (en anglais) publiée jeudi.

Le salaire médian des 16-24 ans, qui était de 28 131 dollars par an en 1980, a baissé de 11 % en 35 ans. Le salaire annuel médian pour cette tranche d’âge n’était plus que de 25 000 dollars en 2015, selon les derniers chiffres du ministère du Travail épluchés par le centre d’études statistiques Pew.

En hausse ailleurs

Dans le même temps, les plus âgés, au-delà de 65 ans, gagnent beaucoup plus qu’en 1980. La paie médiane, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, a grimpé de 37 %, passant de 36 483 dollars par an en 1980 à 50 000 dollars en 2015.

Ceux dans la tranche d’âge de 55 à 64 ans ne gagnent que 10 % de plus qu’en 1980.

Tous âges confondus, le salaire horaire moyen, ajusté de l’inflation, est passé de 19 dollars en 1990 à 22 dollars en 2015, soit une augmentation de 16 % en 25 ans.

Au bureau plus longtemps

Du côté du temps de travail, les Américains consacrent de plus longues heures au travail qu’en 1980.

La durée moyenne de travail hebdomadaire est de 38,7 heures en 2015, contre 38,1 heures en 1980. Le nombre de semaines travaillées par an a aussi sensiblement augmenté sur la même période, passant de 43 semaines à 46,8 semaines.

Suivant ce courant, les avantages sociaux ont aussi régressé. Quelque 69 % des salariés sont assurés médicalement par leurs employeurs contre 77 % en 1980. Quant à la retraite, seulement 45 % des employés bénéficient de contributions de leurs employeurs à un plan retraite, contre 57 % en 2001 et 50 % en 1980.

Lisez aussi le résumé de l'étude (en anglais)

1 commentaire
  • Patrick Daganaud - Abonné 6 octobre 2016 22 h 02

    LE RÊVE AMÉRICAIN

    J'ai connu des cauchemars moins effrayants.

    On ne peut pas à la fois engraisser les ploutocrates et préserver la décence et la dignité sociales.