Les sociétés de Trump seraient endettées de 650 millions de dollars

Le candidat républicain à la présidence américaine Donald Trump
Photo: Gerald Herbert, File Associated Press Le candidat républicain à la présidence américaine Donald Trump

Washington — Les sociétés de Donald Trump ont un endettement cumulé d’au moins 650 millions de dollars, soit plus du double du montant annoncé par le candidat républicain dans le cadre de sa campagne, rapporte samedi le New York Times.

Le quotidien a fait appel à un institut d’étude spécialisé dans l’immobilier pour collecter des données concernant les propriétés du magnat des affaires, en particulier ses immeubles de bureaux et ses parcours de golf.

Il en ressort qu’en plus des 650 millions de dettes « une partie importante » de la fortune de Donald Trump dépend de trois accords avec des partenaires ayant souscrit des emprunts totalisant 2 milliards de dollars.

Si ces emprunts n’étaient pas remboursés, Donald Trump n’en serait pas tenu responsable, mais la valeur des investissements qu’il a réalisés conjointement plongerait, assure le New York Times.

Parmi les créanciers de l’empire Trump figurent une des principales banques de Chine — pays que le candidat présente régulièrement comme l’ennemi commercial à soumettre — ainsi que Goldman Sachs, la célèbre banque d’affaires que Trump accuse d’avoir favorisé sa rivale Hillary Clinton.

Le milliardaire aime insister sur le succès de ses affaires, présentant sa réussite comme un garant de ses capacités à gouverner les États-Unis. Il affirme peser 10 milliards de dollars, un montant contesté par de nombreux experts.

Il continue cependant à refuser de rendre publique sa déclaration de revenus ou à permettre un audit indépendant de la santé de ses affaires.

4 commentaires
  • Colette Pagé - Inscrite 20 août 2016 17 h 37

    Leurre et tromperie du candidat Trump !

    Comment expliquer que tant d'américains suivent ce grossier démagogue xénophobe dont la détestation de l'Autre devient virale. Tirer vers le bas et contribuer à l'augmentation du ressentiment envers l'Amérique.

    Maintenant, il fallait s'y attendre l'on assiste à un phénomène propre aux américains : la confession publique du candidat pour avoir proféré des insanités.

    Une confession publique que certains médias dont l'émission Dr Phil font leur choux gras.

    L'on appprend également que Chris Christie aurait avantagé le candidat en réglant à l'amiable pour 5 miillions une poursuite de 25 millions, Un renvoi d'ascenseur !

    Heureusement. à l'instar d d'autres médias qui anticipent le danger de cette candidature hors norme, le New York Times a mis ses journalsites d'enquête sur le dossier Trump. Mettant ainsi à mal ses succès et ses vantardises d'homme d'affaires à succès.

    Endetté jusqu'au coup, poursuivi par le fisc , le candidat Trumple refuse toujours de rendre publique ses déclarations de revenus. Ce qui devrait interpeller ses supporters aveuglés par tant de mélagomanie.

    • Louise Collette - Abonnée 21 août 2016 06 h 59

      Un triste sire.

  • Denis Paquette - Abonné 21 août 2016 13 h 39

    quel huberlu

    S'il administre l'état de la meme facon , ca va etre beau, quel irresponsable, peut etre que le peuple américain devrait s'assurer de sa santé mentale avant de l'élire cet huberlu

  • Yvonne Dolbec - Abonnée 21 août 2016 17 h 12

    Le roi est nu

    Qui doit à une banque chinoise et à Goldman Sachs contre qui il dit tant de mal...