Clinton emprunte des thèmes chers au camp Trump

Traditionnelle, mais moderne: par son discours, Hillary Clinton s’est peut-être finalement positionnée en plein centre.
Photo: Spencer Platt / Getty Images / Agence France-Presse Traditionnelle, mais moderne: par son discours, Hillary Clinton s’est peut-être finalement positionnée en plein centre.

Si l’on devait résumer le discours d’Hillary Clinton, on le dirait classique, mais étonnant à la fois. Traditionnel, mais aussi atypique ; rassembleur, mais pas moins pugnace.

Au beau milieu du nuage illustrant les mots que la candidate démocrate à la présidence a le plus souvent utilisés se trouvent « America », « people » et « country ». « C’est un petit peu similaire à ce qu’on avait observé avec Trump et c’est très intéressant, très atypique », a observé Rafael Jacob, chercheur à la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM. Dans les deux dernières journées de la convention, les démocrates ont essayé de s’approprier le thème du patriotisme « sur lequel avait tellement frappé Donald Trump », a-t-il remarqué.

L’un des meilleurs moyens de courtiser les électeurs et de les motiver à aller voter démocrate est de diaboliser [Trump]

 

Son collègue et titulaire de la chaire, Frédérick Gagnon, y est allé d’un commentaire semblable. « Ce qui est fascinant, c’est que plusieurs thèmes chers au Parti républicain et aux conservateurs prédominent : les mots « country », « America », « family », a-t-il énuméré. Cela illustre un aspect central de la stratégie démocrate cette année : tenter d’occuper davantage le terrain sur les priorités des électeurs qui favorisent habituellement le Parti républicain, surtout les indépendants à tendance républicaine. »

Attaquer Trump

Mais les partisans de Bernie Sanders n’ont pas été laissés à eux-mêmes pour autant. Pour les rejoindre, Hillary Clinton a misé sur leur ressentiment (pour ne pas dire leur haine) à l’endroit du candidat républicain. « Le mot « Trump », il est pâle [dans le nuage de mots], mais il est là ! », a souligné Rafael Jacob. Parce que plusieurs Américains doutent encore d’Hillary Clinton — ils lui préféraient Bernie Sanders ou ils la considèrent comme malhonnête en raison d’un scandale de courriels, ou encore trop proche de Wall Street, notamment —, la candidate a utilisé son adversaire pour rassembler ses troupes.

Guillaume Levasseur, Le Devoir
Cette illustration montre les mots le plus souvent utilisés par Mme Clinton lors de son discours clôturant la convention démocrate.

« 
L’un des meilleurs moyens de courtiser les électeurs et de les motiver à aller voter démocrate est de diaboliser l’adversaire de Mme Clinton et d’insister sur le désastre, le danger que représenterait une présidence Trump », a analysé Frédérick Gagnon. Bref, « ce n’était pas seulement un discours pour se vendre, a renchéri Rafael Jacob. C’était un discours, aussi, pour attaquer et critiquer Donald Trump ».

Présentée à la foule par sa fille Chelsea, dépeinte comme une mère aimante et une épouse exemplaire par son mari Bill Clinton, la candidate démocrate a aussi utilisé fréquemment les mots « children », « family » et « kids ».

« Ça rejoint, de façon très générale, les causes qui sont les plus chères à Hillary Clinton quand on l’entend parler de politique intérieure, à savoir le soutien des familles, les mères de familles monoparentales, les enfants », a commenté Rafael Jacob. Mais encore ici, le choix du thème ne s’est pas fait sans qu’on jette préalablement un coup d’oeil chez les adversaires. « Le mot "famille" est cher aux conservateurs », a rappelé Frédérick Gagnon. « Ici, les démocrates cherchent à trouver un équilibre entre leur vision plus moderne de la famille [appui au mariage gai] et une vision plus traditionnelle de cette même institution, qui plaît davantage aux conservateurs », a-t-il analysé.

Traditionnelle, mais moderne : par son discours, Hillary Clinton s’est peut-être finalement positionnée en plein centre, comme une femme raisonnable ; une candidate différente, mais pas moins conforme aux idées de son parti.

 

Pour comparer les discours de convention des deux candidats à la présidentielle, relisez l'analyse du discours d’investiture du républicain Donald Trump.

 

Ce texte fait partie de notre section Perspectives.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Cette illustration montre les mots le plus souvent utilisés par Hillary Clinton jeudi soir, lors de son discours clôturant la convention démocrate.

À voir en vidéo