Onze États se lancent dans la «bataille des toilettes»

Dans quelles toilettes doivent aller les personnes transgenres ? Cette question du petit coin a pris mercredi une dimension nationale en Amérique, 11 États poursuivant en justice le gouvernement de Barack Obama.

Ce rebondissement dans la « bataille des toilettes » a pris la forme d’une plainte déposée devant un tribunal fédéral par le procureur général du Texas, Ken Paxton, et 10 autres États majoritairement dirigés par un gouverneur républicain.

Les poursuites qu’ils ont lancées visent une circulaire envoyée le 13 mai par l’administration Obama à tout le système public américain de l’enseignement, affirmant que l’accès aux toilettes et aux vestiaires devait se faire selon le sexe auquel un élève s’identifie, et non selon son sexe de naissance.

Ingérence de Washington

Ces directives, voulant lutter contre la discrimination des personnes transgenres, ont été vues au contraire par une partie des républicains les plus conservateurs comme une ingérence dans leurs affaires scolaires locales et un abus de pouvoir de la Maison-Blanche.

Dans leur assignation consultée par l’AFP, les plaignants accusent les autorités fédérales de chercher à « transformer les lieux de travail et d’enseignement en des laboratoires de gigantesque expérimentation sociale, en contournant la voie démocratique et au mépris des mesures de bon sens protégeant les enfants et les droits fondamentaux ».

Au Texas se joignent les États de l’Alabama, du Wisconsin, de la Virginie-Occidentale, du Tennessee, de l’Oklahoma, de la Louisiane, de l’Utah et de la Géorgie, plus les autorités éducatives de l’Arizona et le gouverneur du Maine.


 
6 commentaires
  • Sylvain Dionne - Inscrit 25 mai 2016 21 h 27

    Diversion

    Tout pour occulter le fait que la population se fait abuser par le 1% et l'occuper avec des bouc-émissaires pour se défouler... Ce n'est pas pour rien qu'il y a une remontée de la discrimination envers les minorités. C'est toujours le cas lorsque la population est de plus en plus oppressée. La classe dominante en profite et fait tout pour l'amplifier. Misère, l'avenir s'annonce sombre.

  • Marc Leclair - Inscrit 25 mai 2016 21 h 34

    Et les hermaphrodites dans tout ça?

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 26 mai 2016 07 h 43

    À quand une semblable directive au Québec?

    J'ignore l'état du droit québécois, mais la protection des personnes utilisant une salle de toilettes ou un vestiaire devant rester l'élément déterminant, je ne vois pas pourquoi on devrait empêcher une personne transgenre d'utiliser la salle de toilettes ou le vestiaire destiné aux personnes ayant le sexe auquel elle s'identifie désormais. Il faut absolument éviter de laisser entendre qu'un transgenre est un abuseur sexuel...et ceci ici comme aux États-Unis.

    • Marc Leclair - Inscrit 26 mai 2016 08 h 40

      Exactement! Comme si le motif du changement de sexe était de s'infiltrer dans les toilettes et vestiaires du sexe opposé. Mais bon, ce ne serait pas surprenant, lorsqu'on on sait que plusieurs associent encore homosexualité et pédophilie.

  • Diane Guilbault - Inscrite 26 mai 2016 08 h 26

    Pourquoi entretenir la confusion?

    «affirmant que l’accès aux toilettes et aux vestiaires devait se faire selon le sexe auquel un élève s’identifie, et non selon son sexe de naissance.» Encore un autre article qui entretient la confusion. On utilise ici encore indistinctement les mots «sexe» et «genre», brouillant les distinctions importantes entre les deux. Le sexe est un fait de naissance et il y en a deux ( malgré quelques exceptions). Le genre est une construction sociale variable, dans le temps et selon les pays. J'ai hâte de lire un article qui ira au fond des choses pour bien les comprendre au lieu de contribuer à épaissir l'écran de fumée.

    • Lyne Jubinville - Abonnée 26 mai 2016 19 h 01

      J'ajoute au commentaire de madame Guilbault qu'en plus de la confusion entre sexe et genre, il y a aussi confusion entre transgenre et transexuel.
      Sexe (fait de naissance) :
      Un.e transexuel.le est une personne qui a subi une réassignation sexuelle c'est-à-dire une opération qui modifie les parties sexuelles de la personne, les transformant dans le sexe opposé.
      Genre (construction sociale variable) :
      Un.e transgenre est une personne qui s'identifie à d'autres genres (dans le sens de plusieurs genres) que celui attribué à sa naissance. Ces personnes peuvent maintenant, au Québec, faire changer leur mention de sexe a registre de l'état civil, sans chirurgie de réassignation sexuelle. Ces personnes peuvent donc garder leur appareil génital de naissance et faire inverser leur mention de sexe au registre de l'état civil.

      Deux remarques à propos de la mention de sexe au registre de l'état civil :

      1. À remarquer que l'état civil n'offre que deux choix de mention de sexe, soit le masculin et le féminin, alors que la définition de genre prétend à l'existence de nombreux genres.

      2. Les transgenres insistent pour faire changer leur mention de "sexe" au registre de l'état civil alors que la théorie du genre rejette l'existence du sexe.

      Il y a vraiment de quoi être confus, en effet