Trump courtise le Tea Party

Le ralliement de l’égérie du Tea Party, Sarah Palin, pourrait renforcer Donald Trump en Iowa.
Photo: AAron P. Bernstein Agence France-Presse Le ralliement de l’égérie du Tea Party, Sarah Palin, pourrait renforcer Donald Trump en Iowa.

Donald Trump a reçu mardi le soutien de Sarah Palin. L’ancienne colistière de John McCain est apparue avec le milliardaire républicain en Iowa. Le ralliement de l’égérie du Tea Party pourrait renforcer Donald Trump, notamment dans cet État qui ouvrira la phase des primaires le 1er février. Dans le « Hawkeye State », les militants de la mouvance du Tea Party sont divisés à propos de Sarah Palin et Donald Trump, mais ils partagent le même scepticisme vis-à-vis de la politique politicienne.

Dans la soirée du 1er février, Tom Hanson dirigera un caucus dans le comté de Winneshiek, région vallonnée de l’Iowa à la frontière du Minnesota et du Wisconsin. « Ça aura lieu dans une école, mais en pleine campagne, pas dans une ville ni même dans un bourg, tant le comté est rural. »

En Iowa, six autres caucus sont organisés dans le comté où Tom Hanson est à la fois, président du Parti républicain et chef d’un groupe local du Tea Party. Selon lui, le soutien de Sarah Palin est « un plus pour Donald Trump », mais un plus à l’ampleur incertaine. « Sarah Palin est bien vue de certains républicains, mais il est difficile de dire combien de suffrages elle peut lui apporter », déclare-t-il.

À l’extrémité nord-ouest de l’Iowa, Rod Fonkert, chef des Sheldon Tea Party Patriots dans les comtés de Sioux et d’O’Brien, est plus catégorique sur l’importance du soutien de Sarah Palin. « Ça va aider Trump, car elle est bien considérée en Iowa en raison de son attachement aux valeurs familiales », estime cet agent immobilier. Rod Fonkert est d’ailleurs un admirateur de l’ancienne gouverneure de l’Alaska, devenue, comme Donald Trump, une vedette de la télé. « Les médias grand public ont essayé de la démolir, mais j’aime bien Sarah Palin. Elle est franche, a de la morale et les pieds sur terre. »

Vers les confins orientaux de l’Iowa, près de l’Illinois, Michael Elliott, qui dirige un groupe du Tea Party de tendance libertarienne dans le comté de Scott, pense que « Sarah Palin peut aider Trump auprès des indécis ».

De Cruz à Trump

Le magnat des casinos est talonné en Iowa par Ted Cruz, qui a été soutenu par Sarah Palin en 2012 quand il s’est présenté au Sénat et qui, comme elle, est populaire parmi les ultraconservateurs, les chrétiens évangéliques et les sympathisants du Tea Party. Le ralliement de Sarah Palin à Donald Trump pourrait contribuer à effacer les réticences de ces électeurs envers le meneur républicain.

C’est que les chemins qui mènent à Donald Trump ne sont pas toujours droits. Rod Fonkert est aujourd’hui « totalement pour Trump », mais il avait « sérieusement » envisagé de voter pour Ted Cruz, Mike Huckabee ou Rick Santorum, des candidats aux liens étroits avec le Tea Party et les évangéliques.

Rod Fonkert appartient à la tendance religieuse du Tea Party : « Je crois en Dieu d’abord, dans la famille ensuite, dans le travail et l’entreprise en troisième lieu », dit-il. Préoccupé par les deux divorces de Donald Trump, il dit avoir été rassuré par une conversation avec ce candidat.

« J’ai pu parler brièvement avec Trump et lui faire part de mes préoccupations sur sa vie personnelle, et j’ai apprécié sa réponse, il m’a dit qu’il est chrétien, mais que parfois dans la vie, des choses arrivent qu’on ne contrôle pas, et c’est pareil pour moi en fait. Je suis chrétien aussi, mais j’ai mes propres failles, personne n’est parfait », raconte le chef des Tea Party Patriots dans les comtés de Sioux et d’O’Brien.

Rod Fonkert fait désormais du bénévolat pour la campagne de Donald Trump en Iowa. « Trump va gagner les caucus », prédit le militant. Contrairement à la classe politico-médiatique de Washington, Rod Fronkert ne croit pas que le public qui se presse aux discours de Donald Trump peinera à se mobiliser pour aller voter. « Ces gens sont engagés et en ont par-dessus la tête de voir l’état dans lequel le pays se trouve », observe-t-il.

« Nous avons besoin de quelqu’un qui n’est pas un politicien, qui ne devra pas son élection à de gros donateurs ; or Trump est le seul qui ne peut pas être acheté », affirme Rod Fonkert. « J’avais regardé de près la candidature de Ted Cruz, mais je n’aime pas que sa femme travaille chez Goldman Sachs, qu’elle ait obtenu un prêt de cette grande banque pour la campagne sénatoriale de son mari », poursuit-il.

Canaliser la colère

Pour Tom Hanson, le président du Parti républicain dans le comté de Winneshiek et chef du North Iowa Tea Party, Donald Trump « puise dans la colère des gens, mais on ne peut pas faire campagne uniquement sur la colère, il faut des idées. Si le taux de participation est élevé, il aura une bonne chance de l’emporter ».

La colère dont Donald Trump et Sarah Palin espèrent tirer profit vise autant le gouvernement Obama que les instances nationales du Parti républicain lui-même, ceux que madame Palin a appelés mardi « l’establishment ».

Mais Donald Trump n’est pas le seul à bénéficier de cette révolte contre l’establishment. Ted Cruz et Ben Carson aussi. Du reste, Tom Hanson va voter pour le neurochirurgien et explique son choix ainsi : « Ben Carson a une expérience de la vie réelle, il n’est pas un politicien, c’est important pour moi et pour beaucoup d’autres, car on a passé notre temps à attendre les changements promis par le Parti républicain, nous lui avons donné le contrôle de la Chambre, puis du Sénat et rien ne change. Les gens sont en colère contre les politiciens parce qu’ils ne tiennent pas leurs promesses. »

Pourquoi voter pour un non-politicien quand on fait soi-même de la politique ? « Je suis un républicain traditionnel, je tiens à la limitation de la taille et du rôle du gouvernement fédéral, à la responsabilité budgétaire et au libre marché. Le Parti républicain au niveau national a dérivé vers le Parti démocrate. Moi, je m’investis en Iowa pour ramener le Parti républicain vers ses principes, mais je ne fais pas partie de la machine politique », lance-t-il.

Danger!

Cependant, Michael Elliott, le libertarien du comté de Scott, rejette l’ensemble du système politique national, de ses élus et candidats. « Trump est dangereux parce qu’il jette de l’huile sur le feu, il alimente les divisions, il fait ressortir ce qu’il y a de pire chez beaucoup de gens, et s’il était élu, il pourrait facilement convaincre les gens de renoncer aux freins et aux contrepoids qui protègent notre démocratie, il rognerait notre liberté », juge Michael Elliott.

Ce républicain de la mouvance Tea Party ne votera ni dans les caucus ni au scrutin présidentiel. « La politique partisane promeut une mentalité abrutissante, le Parti républicain est devenu trop partisan et se moque de son propre programme. Je n’ai pas envie de rester sur un bateau qui coule », confie-t-il. Michael Elliott prend même ses distances avec le Tea Party. « Notre groupe était l’un des groupes locaux du Tea Party et on avait tenté d’en faire un mouvement non partisan, mais dès que Fox News s’est mis à couvrir le Tea Party, c’est devenu un mouvement républicain, et non plus indépendant. Les gens comme moi ont quitté le Tea Party parce qu’il y avait beaucoup de racistes et d’homophobes dans ses rangs », ajoute-t-il. Selon lui, le Tea Party « est surtout composé aujourd’hui de la droite chrétienne et c’est là que Ted Cruz et Ben Carson trouvent leurs sympathisants ».

Ce propriétaire d’un magasin de réparation de matériel électronique se dit désenchanté, mais « seulement par la politique au niveau national ». Il préfère se concentrer sur la politique locale. « Nous réussissons bien à faire élire nos membres dans des conseils municipaux et au gouvernement du comté. »

Quant au Tea Party, Michael Elliott le qualifie de « complètement fracturé maintenant ». Mais Tom Hanson minimise ces divisions. « Le Tea Party n’est pas plus fracturé que d’autres mouvements politiques, il est simplement formé de groupes aux priorités différentes », affirme le chef du North Iowa Tea Party et président du Parti républicain dans cette région.

1 commentaire
  • François Dugal - Inscrit 23 janvier 2016 09 h 27

    "Northway Iowa Tea Party"

    Le "North Iowa Tea Party" : oh my God !!!
    Les voies de la démocratie sont-elles impénétrables?