Kerry exprime un optimisme prudent

Berlin — Le secrétaire d’État américain, John Kerry, a exprimé jeudi « un optimisme prudent » à l’issue de discussions avec le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, sur les récentes violences israélo-palestiniennes, appelant à quitter « le bord du précipice ».

« Je décrirais la conversation comme m’ayant donné une mesure d’optimisme prudent pour que dans les prochains jours quelque chose puisse être mis sur la table » pour « apaiser la situation et aller de l’avant », a-t-il déclaré après la rencontre à Berlin.

Il s’est dit confiant dans le fait « que les différentes parties souhaitent contribuer à un apaisement » et a exprimé le souhait que « cela puisse être réalisé ».

M. Kerry doit rencontrer au cours du week-end le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le roi Abdallah de Jordanie, interlocuteur clé du conflit : le royaume jordanien est le gardien de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem selon le statu quo de 1967, au centre des récentes violences entre Israéliens et Palestiniens.

« Je suis impatient de rencontrer le roi Abdallah et le président Abbas et j’espère […] que nous pourrons saisir l’occasion et quitter le bord du précipice », a ajouté M. Kerry.

Plus tôt dans la journée, le secrétaire d’État américain avait appelé à mettre fin aux violences et aux « incitations » à ces violences entre Palestiniens et Israéliens.

Depuis le 1er octobre, les heurts quotidiens entre lanceurs de pierres palestiniens et soldats israéliens, les agressions mutuelles entre Palestiniens et colons et une vague d’attentats anti-israéliens ont coûté la vie à huit juifs israéliens, 49 Palestiniens (pour plus de la moitié des auteurs d’attaques) et un arabe israélien. Un demandeur d’asile érythréen pris par erreur pour l’auteur d’un attentat a aussi été « lynché » par des Israéliens.

M. Nétanyahou accuse le président Abbas d’inciter aux attaques contre les Israéliens en affirmant à tort que l’État hébreu veut fermer l’accès à l’esplanade des Mosquées aux musulmans.

Le chef du gouvernement israélien se voit pour sa part reprocher de jeter de l’huile sur le feu après avoir accusé un ancien responsable religieux palestinien lors de la Deuxième Guerre mondiale, le grand mufti de Jérusalem de l’époque, d’avoir inspiré à Hitler le projet de l’extermination des Juifs.

À ce propos, la Maison-Blanche a demandé jeudi au premier ministre israélien de cesser la « rhétorique incendiaire ».

Un porte-parole de l’exécutif américain a affirmé que « la Maison-Blanche n’avait aucun doute sur qui est responsable de la mort de six millions de juifs durant l’Holocauste ».

En Jordanie

Pour sa part, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a été reçu jeudi à Amman par le roi Abdallah II de Jordanie, après sa visite en Israël et en Cisjordanie occupée, où il a pressé les deux camps d’agir d’urgence contre l’escalade des violences.

Lors de cet entretien, le roi Abdallah II a insisté sur le rôle de la Jordanie dans la défense de l’esplanade des Mosquées, sur la base de sa « tutelle » sur les lieux saints islamiques et chrétiens à Jérusalem, a-t-on indiqué dans un communiqué du palais royal.

Interlocuteur clé du conflit, le royaume jordanien, gardien de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem selon le statu quo de 1967, accuse Israël d’être derrière la dernière escalade avec les Palestiniens en voulant modifier les règles régissant l’accès à ce site sacré, troisième lieu saint de l’islam également vénéré par les juifs.

Le roi a mis en garde contre « toute tentative de changer le statu quo » à Jérusalem, estimant que « la réalisation d’une paix juste et globale, sur la base d’une solution à deux États, était la base d’une sortie des crises que connaît la région », selon la même source.

De son côté, le secrétaire général de l’ONU cité par le communiqué, a souligné la « responsabilité de la communauté internationale […] pour trouver une solution juste et globale à la question palestinienne ».

Les agressions se poursuivent

Jérusalem — La série d’attaques au couteau menées par des Palestiniens isolés contre des Israéliens s’est poursuivie jeudi quand deux hommes ont blessé un passant à Bet Shemesh, à l’ouest de Jérusalem, avant que l’un d’eux ne soit abattu par la police, selon cette dernière. Le deuxième a été grièvement blessé par les tirs des policiers, a ajouté la police israélienne. Les deux hommes, âgés de 20 ans, avaient tenté de monter dans un bus transportant des enfants, sans préciser si leur intention était de s’en prendre aux enfants. Le chauffeur et d’autres adultes présents ont fait barrage.

Ils sont originaires du village palestinien de Sourief, près de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée. L’un d’eux est un militant du Hamas, a dit la Sécurité intérieure israélienne. L’autre avait déjà été emprisonné de 2012 à 2014 après avoir été arrêté en possession d’un couteau au tombeau des Patriarches.

Ailleurs, un Palestinien a tenté jeudi de poignarder un soldat israélien dans un quartier de Hébron occupé par des colons israéliens, a dit la police dans un communiqué. L’agresseur, qui n’a pas réussi à blesser le militaire, a pris la fuite, a-t-elle ajouté.

Ces agressions sont les dernières en date d’une série d’attaques à l’arme blanche commises pour la très grande majorité par des Palestiniens, et dans une moindre mesure par des Arabes israéliens, contre des soldats, des policiers ou des civils israéliens. Ces attaques s’inscrivent dans une vague de violences qui a réveillé le spectre d’une nouvelle intifada.
1 commentaire
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 23 octobre 2015 07 h 41

    ???

    « À ce propos, la Maison-Blanche a demandé jeudi au premier ministre israélien de cesser la « rhétorique incendiaire ». » (AFP)

    De cette citation, ce questionnement :

    En vertu de quelle autorité, humaine ou divine ?, se permet-on d’exprimer une telle demande au représentant d’Israël de renoncer à sa mémoire-histoire ? d’oublier tous ces Amalek (A) de ce monde qui lui veulent tout autant sa peau que celle d’Israël et de la communauté juive, en général ?

    Si, de cette demande, Israël l’avait redirigée vers les USA, que lui auront-ils répondu ?

    ??? - 23 oct 2015 --

    A : se référer à Devarim 25, 17-19 Deutéronome !