Marée noire: BP versera 18,7 milliards

New York — La ministre de la Justice américaine a salué jeudi « le plus gros » accord d’indemnisation jamais conclu avec une entreprise, après que le groupe britannique BP eut accepté de payer 18,7 milliards pour solder les poursuites liées à la marée noire de 2010.

« Aujourd’hui je suis heureuse de dire qu’après des discussions productives avec BP lors des dernières semaines, nous sommes parvenus à un accord de principe qui résout de façon équitable et complète les plaintes de l’État fédéral et des États, dont celles sur les dommages causés aux ressources naturelles », écrit la ministre de la Justice américaine, Loretta Lynch, dans un communiqué.

« S’il est approuvé par les tribunaux, cet accord sera le plus gros accord jamais conclu avec une entreprise dans l’histoire américaine. Il réparera les dommages causés à l’économie du golfe [du Mexique], l’industrie de la pêche […] et la faune », assure-t-elle.

La pénalité financière de 18,7 milliards dont va s’acquitter BP comprend 5,5 milliards de pénalité civile, 7,1 milliards payés à l’État fédéral et aux cinq États concernés pour les dommages à l’environnement, 4,9 milliards supplémentaires pour compenser les conséquences économiques négatives de la marée noire, et un milliard de plus pour faire face aux demandes des autorités locales.

Cet accord survient deux jours après que BP eut essuyé un revers devant la Cour suprême des États-Unis.

 

Mardi, la haute instance avait rejeté la requête du groupe qui voulait circonscrire les demandes d’indemnisations après un verdict d’instance de 2012 qui lui ordonnait de payer des milliards de dollars aux habitants et aux entreprises touchés par l’explosion de Deepwater Horizon En 2010. L’explosion de cette plateforme dans le golfe du Mexique a causé la pire marée noire de l’histoire des États-Unis.

S’il est approuvé par les tribunaux, cet accord sera le plus gros accord jamais conclu avec une entreprise dans l’histoire américaine. Il réparera les dommages causés à l’économie du golfe [du Mexique], l’industrie de la pêche […] et la faune.

À voir en vidéo