La «Team 6», machine de guerre

Washington — La prestigieuse « Team 6 » des Navy Seal, ce commando d’élite renommé pour avoir éliminé Oussama ben Laden, est devenue au fil de missions de plus en plus nombreuses « une machine mondiale de chasse à l’homme », affirmait dimanche le New York Times.

Dans une longue enquête de trois pleines pages, le quotidien détaille comment ce groupe d’élite « autrefois petit groupe réservé à de rares missions spécialisées, a été transformé en une décennie de combat en une machine mondiale de chasse à l’homme ».

Le quotidien, qui a interrogé « des dizaines » de membres ou ex-membres du commando, ainsi que des responsables militaires et qui a également épluché de nombreux documents, indique que l’histoire de ce groupe, admiré pour avoir éliminé le chef d’al-Qaïda en mai 2011 et toujours entouré d’une aura de secret, montre une « histoire bien plus complexe et sujette à questions ».

 

Deux tranchants

Le New York Times affirme ainsi que la Team 6 a effectué avec succès des « milliers de missions dangereuses » mais a suscité également des « inquiétudes récurrentes sur un trop grand nombre de morts et les morts de civils ».

Depuis 2001, date à laquelle le petit commando a été largement financé pour accroître le nombre de ses recrues ayant atteint les 300 hommes sur le terrain et 1500 hommes en soutien, la « Team » est intervenue en Syrie et Irak, Afghanistan, Somalie ou Yémen, écrit le Times.

Sous le commandement en 2006 de celui qui était alors chef des forces américaines en Afghanistan, le général Stanley McChrystal, « l’unité secrète créée pour effectuer les opérations les plus à risques de la nation, allait au contraire être engagée dans des combats certes dangereux mais de plus en plus de routine », affirme le journal.

Il cite des missions entre 2006 et 2008 où certaines nuits, il pouvait y avoir de 10 à 15 personnes tuées, quelquefois jusqu’à 25. Les « gars sont devenus féroces », dit un ex-membre resté anonyme, « ces orgies de tueries sont devenues la routine ».

En même temps, les objectifs étaient de moins en moins ciblés dans les hautes sphères ennemies, dit un autre ancien officier : « En 2010, les gars pourchassaient les voleurs de rue… Les soldats les mieux entraînés du monde pourchassaient des voleurs de rue ».

La Team 6 compte des succès, la libération d’otages américains en Somalie, mais aussi des bavures comme en Afghanistan, quand 10 villageois ont été tués en 2009 à Ghazi Khan ainsi qu’une otage britannique des taliban en octobre 2010, Linda Norgrove, lors d’une opération de sauvetage ratée.

1 commentaire
  • Guy Lafond - Inscrit 8 juin 2015 02 h 08

    Nouvelles technologies


    Ce commando d'élite arrive-t-il à faire de longues distances à vélo avec tout son équipement sophistiqué sur le dos?