Boko Haram : le Tchad prolonge son intervention

N’Djamena — L’Assemblée nationale tchadienne a voté mercredi en faveur d’une prolongation de l’intervention militaire contre les insurgés islamistes nigérians de Boko Haram, lancée en février. Selon la Constitution tchadienne, au-delà de quatre mois d’intervention militaire, le gouvernement doit soumettre sa prolongation au vote de l’Assemblée nationale. « Il est important que le travail que nous avons commencé puisse être achevé », a indiqué le ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense nationale, Benaindo Tatola. Il n’a en revanche pas précisé de calendrier concernant l’opération militaire tchadienne dans la lutte contre Boko Haram. L’armée tchadienne participe en première ligne à une opération militaire régionale visant à chasser le groupe islamiste des pans entiers de territoire qu’il avait capturés dans le nord-est du Nigeria. Les troupes du président Idriss Déby Itno interviennent également dans la région du nord Cameroun, devenue depuis deux ans la cible d’attaques répétées de Boko Haram, le long de sa frontière avec le Nigeria. Selon des sources militaires tchadiennes, environ 5000 soldats tchadiens sont engagés dans la lutte contre Boko Haram.

À voir en vidéo