Onde de choc à New York

À New York comme à Montréal, les corps de police se trouvaient sur un pied d’alerte, dimanche, à la suite de la mort de trois policiers en l’espace d’un week-end aux États-Unis. Des menaces dont le Canada n’est pas à l’abri, a rappelé le président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur.

Ce fut un week-end noir pour la police aux États-Unis : samedi, deux policiers new-yorkais ont été exécutés d’une balle à la tête alors qu’ils étaient assis dans leur véhicule de service, dans le quartier Brooklyn. Avant de commettre ces actes, le suspect avait expliqué sur les réseaux sociaux vouloir ainsi venger deux Afro-Américains, dont la mort aux mains des forces de l’ordre ces derniers mois a suscité de nombreuses manifestations aux États-Unis.

Ismaaiyl Brinsley, l’agresseur, un homme noir de 28 ans connu des services de police, s’est ensuite suicidé sur un quai de métro. Il cherchait à venger Eric Garner, père de famille noir mort lors d’une altercation musclée en juillet à New York, et Mike Brown, cet adolescent tué par un policier à Ferguson, au Missouri, en août. Les policiers responsables de ces décès n’ont jamais été poursuivis. Les deux victimes — les agents Rafael Ramos et Wenjian Liu — travaillaient pour le NYPD depuis sept et deux ans respectivement. « Ils n’ont pas eu la possibilité de sortir leur arme et n’ont peut-être même jamais vu leur agresseur » a déclaré, bouleversé, le chef de la police de New York, Bill Bratton.

Visiblement ébranlé, le maire de New York, Bill de Blasio, a assisté dimanche à une messe en la cathédrale Saint-Patrick, alors que des inconnus venaient déposer bougies et fleurs sur le lieu du drame. Certains policiers lui ont tourné le dos samedi soir à l’hôpital. « Maire de Blasio, vous avez clairement sur les mains le sang de ces deux policiers », a déclaré Edward Mullins, président d’un syndicat regroupant 11 000 policiers actifs ou retraités new-yorkais.

M. de Blasio a répondu dimanche en regrettant « une rhétorique enflammée qui divise ». Plusieurs voix, dont celle de Barack Obama, se sont élevées pour appeler au calme et à l’unité.

La famille de Michael Brown dénonce

Les organisations pour les droits civiques et la famille de Michael Brown se sont rapidement dissociées des événements, condamnant la violence des gestes. La mère d’Eric Garner, a elle aussi exprimé sa tristesse pour les deux policiers. « Je suis peinée que nous ayons perdu ces deux policiers. Nous ne voulons pas que vous utilisiez le nom d’Eric Garner pour justifier la violence », a-t-elle souligné.

Tôt dimanche matin, un troisième policier a été abattu, cette fois en Floride. Père de cinq enfants, Charles Kondek, 45 ans, patrouillait dans cette localité depuis 17 ans. Il s’était rendu sur les lieux après avoir reçu un appel vers 2 h pour bruit excessif, selon les autorités. Après avoir commis son geste, le tireur a pris la fuite dans une voiture, avant de percuter un poteau et un autre véhicule. Il a ensuite été interpellé par les policiers sur les lieux de l’accident.

Montréal, une cible « à cause de son caractère multiethnique »

Les incidents des derniers jours interpellent Yves Francoeur, le président de la Fraternité des policiers de Montréal. Selon lui, la métropole doit emboîter le pas aux villes de Toronto et Ottawa, qui ont pris des mesures pour rendre plus sécuritaires leurs postes de quartier. En entrevue au Devoir, le chef syndical a affirmé détenir des informations « qui [lui] donnent de bonnes raisons de craindre des menaces » à l’heure actuelle. Certains renseignements pourraient être dévoilés au cours des prochains jours, a-t-il affirmé.

Quand on lui a demandé pourquoi les policiers de Montréal pourraient être la cible d’événements tels que ceux arrivés à New York, M. Francoeur a estimé que « le caractère multiethnique » de Montréal y était pour quelque chose.

« On s’inquiète pour Montréal compte tenu de son caractère multiethnique, compte tenu des [attentats] d’Ottawa et de Saint-Jean-sur-Richelieu », dit-il. « Lorsqu’il y a des mosquées sur ton territoire, malheureusement il y a des gens plus extrémistes. Il y a du travail qui se fait, on a quand même des liens étroits avec la communauté musulmane. »

Un porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal a indiqué que le service est « conscient de ce qui se passe au niveau mondial ». « Il n’y a aucun service d’urgence qui peut se considérer comme à l’abri de tout ça », a indiqué Ian Lafrenière.

À voir en vidéo