Hillary Clinton appelle à une loi contre la torture

Washington — La démocrate Hillary Clinton a appelé mardi au vote d’une loi aux États-Unis pour interdire strictement l’usage de la torture, une semaine après la publication d’un rapport d’enquête parlementaire sur les interrogatoires de la CIA dans les années 2000.

« Aujourd’hui, nous pouvons à nouveau dire haut et fort que les États-Unis ne devraient jamais cautionner ni pratiquer la torture dans une quelconque partie du monde », a déclaré Hillary Clinton lors d’un discours à New York lors duquel elle a reçu le prix Robert F. Kennedy pour les droits de l’homme.

« Cela devrait être absolument clair d’un point de vue politique et juridique, y compris en vertu de nos obligations vis-à-vis de traités internationaux, mais si cela requiert une nouvelle loi, alors le Congrès devrait travailler avec le président Obama pour l’adopter rapidement, et cela ne devrait pas donner lieu à des disputes partisanes », a-t-elle dit, selon des compte-rendus publiés par le New York Times et Politico.

« Il est possible de nous protéger du terrorisme et de réduire la délinquance et la violence sans avoir à recourir à la torture à l’étranger, à une force inutile ou à des incarcérations excessives », a-t-elle ajouté.

La démocrate, qui prépare officieusement sa candidature à la Maison-Blanche en 2016, n’avait jusqu’à présent pas publiquement commenté le rapport de la commission du Renseignement du Sénat américain sur le programme d’interrogatoires secrets de la CIA des responsables d’al-Qaïda après le 11-Septembre. Barack Obama avait mis un terme à ce programme en 2009.

Ses conclusions, accablantes pour l’agence d’espionnage, ont été contestées par la CIA et une partie des républicains.

Le président Barack Obama, qui a utilisé le mot de torture pour décrire ces pratiques par le passé, a dit la semaine dernière que la réputation de l’Amérique avait été ternie.

Peu de prétendants à la Maison Blanche ont commenté le rapport à ce jour.