Cybersurveillance aux États-Unis - Snowden, la taupe du Guardian, veut rester à Hongkong et faire d’autres révélations

«Je ne suis ni un traître ni un héros», a affirmé Edward Snowden.
Photo: Agence France-Presse The Guardian «Je ne suis ni un traître ni un héros», a affirmé Edward Snowden.

Washington — Edward Snowden, ex-consultant de l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA), a assuré mercredi ne pas vouloir quitter Hong-Kong et affirmé que les États-Unis surveillaient des « centaines de milliers d’ordinateurs » dans le monde y compris à Hong-Kong et en Chine.


« Je ne suis ni un traître, ni un héros. Je suis un Américain », a déclaré le jeune homme de 29 ans au South China Morning Post, qui l’a interrogé dans un endroit tenu secret à Hong-Kong, trois jours après qu’il est sorti de l’ombre et a revendiqué au grand jour être la « taupe » du Washington Post et du Guardian.


« Je crois en la liberté d’expression. J’ai agi en toute bonne foi, et je pense que le public a le droit de se faire sa propre opinion lui-même », poursuit celui qui est réfugié à Hong-Kong depuis le 20 mai.


Le général Keith Alexander, directeur de la NSA, a de son côté défendu mercredi devant le Sénat américain la légalité des programmes de surveillance américains révélés la semaine dernière, rappelant qu’ils fonctionnaient sous supervision rigoureuse.


« Nous fonctionnons tous les jours selon des règles strictes, nous rendons des comptes dans le cadre d’un des règimes de supervision les plus rigoureux du gouvernement », devait-il déclarer selon le texte de son audition au Sénat.


Dans l’entretien accordé au quotidien de Hong Kong, Edward Snowden revient sur l’étendue de ces programmes. « Nous piratons les systèmes centraux des réseaux - comme d’énormes routeurs Internet, en général - qui nous donnent accès aux communications de centaines de milliers d’ordinateurs sans avoir à pirater chacun d’entre eux », résume-t-il.


Parmi les cibles de la NSA, des centaines sont visées depuis 2009 à Hong-Kong ou en Chine, a déclaré au quotidien Edward Snowden, qui dit agir notamment pour dénoncer « l’hypocrisie du gouvernement américain quand il assure qu’il n’espionne pas d’infrastructures civiles, au contraire de ses adversaires ». « Non seulement il le fait, mais il a tellement peur que cela se sache qu’il est prêt à utiliser tous les moyens […] pour empêcher ces informations d’être rendues publiques », poursuit Edward Snowden.


« Ceux qui pensent que j’ai commis une erreur en choisissant de me rendre à Hong-Kong ne comprennent pas mes intentions. Je ne suis pas ici pour fuir la justice, mais pour révéler des faits répréhensibles », ajoute-t-il encore. Après avoir laissé entendre, dans un entretien publié dimanche par le Guardian, qu’il pourrait demander l’asile à l’Islande, réputée selon lui pour soutenir « ceux qui défendent la liberté sur Internet », Edward Snowden assure désormais ne pas avoir l’intention de quitter le territoire autonome du sud de la Chine.


« J’ai l’intention de demander à la justice et aux habitants de Hong-Kong de statuer sur mon sort », déclare-t-il, tout en annonçant qu’il se battrait contre toute demande d’extradition des États-Unis.

4 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 13 juin 2013 08 h 19

    «And the home of the brave»

    La dernière strophe de l'hymne national américain, «and the home of the brave» (et la terre des braves), prend ici tout son sens. On peut certainement qualifier monsieur Snowden de «brave», car, tel le petit David, il défie à lui seul l'hydre du renseignement américain.

  • Patrick Lépine - Inscrit 13 juin 2013 22 h 33

    Ni traître ni héros, quelqu'un qui a une conscience...

    Est-ce un américain ou simplement un homme? Ce qu'il fait est extraordinaire en tous les cas, il s'est extrait du mensonge.

    Chapeau bas à monsieur Snowden.

    Je sens que ses avis en matière de sécurité informatique seront très recherchés dans un avenir proche, et il est exactement à l'endroit le plus susceptible d'avoir recours à de tels services, la jonction entre l'orient et l'occident.

  • Georges LeSueur - Inscrit 14 juin 2013 12 h 06

    Le piège...

    Edward Snowden est un homme responsable et courageux.
    Malheureusement tous ceux qui, par conviction et principes moraux, s'attaquent au pouvoir en place, se condamnent automatiquement à l'exil.
    Devra-t-il résister aux pressions de ceux qui voudront exploiter ses connaissances en échange de leur protection ? C'est là le danger.