États-Unis - Obama est-il en train de gagner son pari?


	Barack Obama a prononcé un discours sur les armes à feu lundi, à Hartford.
Photo: Agence France-Presse (photo) Mandel Ngan
Barack Obama a prononcé un discours sur les armes à feu lundi, à Hartford.

Un compromis a été conclu entre démocrates et républicains sur l’extension des vérifications d’antécédents avant les achats d’armes, une mesures promue par le président Barack Obama, a confirmé une source démocrate mercredi à la veille des premiers votes au Sénat.

Le texte mis au point par les négociateurs démocrates et républicains et qui sera déposé au Sénat rendrait obligatoires les vérifications des antécédents judiciaires et psychiatriques pour toutes les ventes d’armes dites « commerciales », selon le site Politico.

Le terme inclut les milliers de foires spécialisées qui sont devenues l’une des voies principales d’écoulement des armes aux États-Unis. Actuellement, ces vérifications ne sont obligatoires au niveau national que pour les vendeurs professionnels. Les foires, ventes occasionnelles sur Internet ou de particulier à particulier n’étaient pas concernées par la loi actuelle, sauf dans quelques États qui ont mis en place leur propre législation. Le compromis ne concernerait cependant pas les transferts d’armes entre amis ou au sein d’une famille.

Les sénateurs Joe Manchin et Pat Toomey dévoileront leur projet mercredi matin lors d’une conférence de presse.
 
La généralisation de ces vérifications fait l’objet d’un consensus dans la société américaine, de nombreux sondages indiquant que neuf Américains sur dix y sont favorables. Mais au Sénat, qui doit voter à partir de jeudi sur les projets de réforme, de nombreux républicains ont menacé de jouer l’obstruction au nom du deuxième amendement de la Constitution, qui garantit à chaque citoyen le droit de détenir une arme pour se défendre. Selon eux, les projets de réforme mordraient sur ce droit constitutionnel en renforçant la réglementation du marché. Par ailleurs, cette réforme est rejetée par le lobby des armes et de nombreux groupes conservateurs. Mais l’annonce d’un compromis, négocié en coulisses, devrait faciliter l’obtention de l’appui de certains républicains.

Barack Obama avait annoncé une série de mesures un mois après la fusillade de l’école Sandy Hook, à Newtown dans le Connecticut le 14 décembre, où 20 écoliers et 6 adultes avaient été assassinés par un tueur équipé d’armes semi-automatiques.
 
Et l’immigration

D’autre part, pour la première fois depuis un quart de siècle, démocrates et républicains étaient mercredi sur le point de dévoiler un projet de réforme de l’immigration aux États-Unis qui conduirait à la lente régularisation de millions de sans-papiers, ont indiqué des sources du Congrès. Un groupe de huit sénateurs des deux partis négocie en privé depuis des mois une réforme ambitieuse de la législation actuelle, devenue obsolète au regard des plus de 11 millions de personnes en situation irrégulière, en majorité mexicaines.

Depuis leur défaite à la présidentielle de novembre, les républicains ont abandonné leur opposition à toute régularisation, dans l’espoir de reconquérir l’électorat hispanique qui les a désertés au profit des démocrates et de Barack Obama.

Quatre sénateurs républicains, dont Marco Rubio, 41 ans et d’origine cubaine et l’ancien candidat à la présidentielle John McCain, participent au groupe de travail qui pourrait publier dès jeudi une proposition de loi de plusieurs centaines de pages. « Nous sommes optimistes et pensons être capables de déposer une proposition de loi bientôt », a confirmé une source au Sénat. Le président de la commission de la Justice du Sénat a indiqué que cela pourrait intervenir dès jeudi.

La première audition parlementaire aura lieu le 17 avril, début d’une longue série d’auditions offrant une transparence étendue à cette réforme historique, la première depuis la régularisation massive votée en 1986 sous la présidence de Ronald Reagan.

« Nous sommes en train de finaliser le langage législatif pour inclure tous les accords auxquels nous sommes parvenus », a déclaré le démocrate Robert Menendez mercredi sur la chaîne MSNBC. « Mais on y est. »
 
« Il est bon que les sénateurs et le public aient des semaines pour étudier cette proposition », a dit le porte-parole de Marco Rubio, Alex Burgos, dans un courriel.

La réforme mettrait en place un processus conduisant à la régularisation progressive des clandestins, sur de nombreuses années, jusqu’à leur naturalisation. Le système de visas pour les personnes hautement qualifiées, dits H-1B, et pour les travailleurs agricoles saisonniers serait également réformé.

À voir en vidéo