Le Pentagone renforce sa défense antimissile

Washington — Les États-Unis vont renforcer leur défense antimissile en déployant 14 intercepteurs supplémentaires, en sus des 30 missiles déjà installés sur leur territoire, a annoncé vendredi le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel. Cette mesure vise à «conserver une longueur d’avance» sur les menaces posées par l’Iran et surtout la Corée du Nord, qui a effectué en décembre un tir réussi de missile balistique selon les Occidentaux et réalisé un troisième essai nucléaire en février, selon M. Hagel. Ces 14 missiles supplémentaires, appelés «intercepteurs basés à terre» (GBI), seront déployés d’ici 2017, a précisé le ministre. Les 30 intercepteurs déjà déployés se trouvent sur les bases de Fort Greely en Alaska et de Vandenberg en Californie. Le missile GBI est destiné à intercepter les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM). Il emporte un «véhicule exo-atmosphérique» qui une fois lâché se précipite vers le missile pour le percuter. Washington va également «restructurer» ses missiles SM3, un autre type de missile antimissile embarqué à bord de destroyers ou de croiseurs Aegis, qui constituent l’une des composantes de la défense antimissile américaine.

À voir en vidéo