Barack Obama rend hommage aux victimes de Newtown

Newtown — Un Barack Obama éploré a affirmé dimanche soir que les États-Unis échouaient dans leurs efforts pour assurer la sécurité des enfants du pays, promettant au passage que des changements devaient être apportés à la suite du massacre qui a coûté la vie à 26 personnes, dont 20 élèves de l'École élémentaire Sandy Hook de Newtown, deux jours plus tôt.

«Quels choix avons-nous?», a déclaré le président des États-Unis. «Sommes-nous vraiment prêts à dire que nous sommes impuissants devant de tels carnages, que la politique est trop difficile?».
 
Dans le cadre d'une veillée funèbre en hommage aux victimes, un moment de deuil qui a fait le tour du monde, M. Obama a dit avoir conscience qu'aucun de ses mots ne pourrait consoler l'immense chagrin des citoyens de la pittoresque communauté du Connecticut. Mais il avait un autre message aux résidants de Newtown: «Vous n'êtes pas seuls».
 
Prise de conscience
 
Pour M. Obama, qui achève sa quatrième année à la Maison-Blanche, il s'agissait d'un autre pénible périple dans une ville affligée par un carnage semblable. C'est le travail d'un président d'être sur place, d'écouter et de consoler, d'offrir de l'aide même s'il ne peut fournir rien de plus qu'une chaleureuse étreinte.
 
Le massacre de 26 enfants et adultes a semé l'horreur partout au monde, provoqué une prise de conscience aux États-Unis, relancé le débat sur le contrôle des armes à feu et suscité des questions menant à l'incompréhensible — ce qui a mené le suspect à poser un tel geste.
 
En privé, M. Obama a déclaré au gouverneur du Connecticut, Dannel Malloy, que la journée de vendredi avait été la plus difficile depuis qu'il est président.
2 commentaires
  • Yvon Bureau - Abonné 16 décembre 2012 21 h 35

    Musique manquante

    En plus des belles paroles (souvent trop religieuses à mon goût, parfois inappropriées) et des silences, il manquait de beaux airs de violons, de violoncelles pour nous élever et nous souder ensemble.

    C'est souvent la musique qui élève l'humain au meilleur de son humanité.

    • Normand Charest - Inscrit 18 décembre 2012 01 h 08

      Je ne pense pas que c'était trop religieux et encore moins inapproprié... puisqu'il s'agissait effectivement d'une veillée funèbre, comme le dit l'article. Je crois que l'on doit respecter cela.