Primaires républicaines - Rick Santorum, la nouvelle cible de choix

Rick Santorum
Photo: Agence Reuters Shannon Stapleton Rick Santorum

Manchester, New Hampshire — Sa percée inattendue dans le caucus de l'Iowa a valu à Rick Santorum de devenir la cible privilégiée de ses adversaires à l'investiture républicaine qui se font un malin plaisir d'insister sur ses erreurs passées.

Grand bénéficiaire de la première étape de désignation du candidat en vue de la présidentielle de 2012, Santorum a connu une arrivée mouvementée dans le New Hampshire, État de tendance libérale peu favorable à ses positions très conservatrices.

Des étudiants l'ont hué au New England College en raison de son opposition au mariage homosexuel et il a été contraint de s'expliquer sur des propos tenus dans l'Iowa laissant entendre que les Noirs sont les principaux bénéficiaires de l'aide fédérale.

Une enquête d'opinion de l'Université de Suffolk montre que le modéré Mitt Romney, victorieux sur le fil mardi, est largement favori pour ce deuxième rendez-vous. L'ancien gouverneur du Massachusetts, État voisin, est crédité de 41 % des intentions de vote devant le libertaire texan Ron Paul (18 %) et Santorum (8 %).

Romney, quasiment assuré de l'emporter, se concentre sur la Caroline du Sud, où il accomplit une visite en compagnie du sénateur de l'Arizona John McCain, qui le soutient.

Candidat républicain en 2008 face à Barack Obama, McCain se montre très critique à l'égard de Santorum, accusé d'avoir eu recours aux «earmarks» lorqu'il était élu au Congrès. Le terme désigne une disposition législative par laquelle des fonds dont la dépense a été approuvée sont affectés à des projets spécifiques et qui échappent au contrôle nécessairement lié à toutes les dispositions budgétaires.

McCain cite notamment en exemple une dépense de 500 000 $ mise au point par Santorum pour que soient présentés des ours blancs dans le zoo de Pittsburgh en Pennsylvanie, État dont il a été représentant et sénateur.

Comptant sur la dynamique enclenchée dans l'Iowa, Santorum espère renouveler un scénario identique dans le New Hampshire afin d'arriver avec un fort élan en Caroline du Sud, où l'électorat très conservateur lui sera plus favorable.

Gingrich dégringole

Un sondage mené par CNN les 4 et 5 janvier auprès d'électeurs républicains de la Caroline du Sud place le candidat conservateur dans le peloton de tête, avec 19% des intentions de vote, derrière Mitt Romey, qui en récolte 37 %. Suivent Newt Gingrich (18%) et Ron Paul (12%). Tous profitent de la dégringolade de Gingrich, qui dominaient des les sondages il y a quelques semaines: un autre sondage CNN mené au début décembre lui confiait alors 43 % des intentions de vote.

***

Avec Reuters
1 commentaire
  • Franklin Bernard - Inscrit 7 janvier 2012 14 h 25

    La référence absurde des candidats républicains

    Il est fascinant de voir que les candidats à l'investiture du GOP se réclament tout à coup tous de... Ronald Reagan. Alors qu'ils hurlent à l'économie et à l'emploi, ils semblent totalement oublier que LE grand responsable de la crise de 2008, et du marasme actuel, n'est nul autre que leur soudaine idole, Reagan. C'est lui qui a déréglementé le système bancaire et financier et lancé l'Amérique dans l'ultra-libéralisme, ouvrant ainsi la porte à la cupidité effrénée et à l'exploitation totale des moins riches par les plus riches, dont les conséquences sont aujourd'hui aussi dramatiques.

    Il est à espérer que quelqu'un saura le rappeler au peuple américain en temps et lieu.