Les républicains en campagne - À droite, toute!

Michele Bachmann, samedi, dans l’Iowa
Photo: Agence France-Presse (photo) Chip Somodevilla Michele Bachmann, samedi, dans l’Iowa

Ames, Iowa — La campagne présidentielle américaine s'est accélérée ce week-end et a pris un virage à droite côté républicain, avec la candidature de l'ultraconservateur Rick Perry et la victoire dans une élection-test de Michele Bachmann, égérie du Tea Party.

Le week-end a aussi été marqué par le retrait de candidature de Tim Pawlenty, un républicain modéré, après un piètre résultat dans cette élection-test pour départager les prétendants républicains organisée à Ames (Iowa).

«Ceci est le premier pas pour conquérir la Maison-Blanche en 2012», a lancé Michele Bachmann, élue du Minnesota à la Chambre des représentants, après sa victoire samedi. «Nous venons d'envoyer le message suivant: Barack Obama sera le président d'un seul mandat».

Rick Perry, gouverneur du Texas qui revendique fièrement sa foi en Dieu et ses positions ultraconservatrices, s'en est lui aussi immédiatement pris au bilan économique du président américain en annonçant sa candidature à Charleston (Caroline du Sud).

Pour Perry, il faut envoyer «une lettre de licenciement» aux occupants actuels de la Maison- Blanche, qui ont «prolongé nos souffrances nationales au lieu de les alléger».

L'entrée en lice de Perry, comme la victoire de Michele Bachmann à Ames, ont modifié l'état des forces en présence côté républicain. Premier signe: l'ancien gouverneur du Minnesota Tim Pawlenty, qui est arrivé troisième du scrutin d'Ames, a annoncé hier sur ABC qu'il se retirait de la course.

«Je mets fin à ma campagne présidentielle», a-t-il dit sur la chaîne ABC, expliquant n'avoir pas obtenu «le soutien attendu dans le vote-test».

Important

Ce vote-test, dans un État qui sera le premier à voter dans la campagne des primaires en février prochain — et dont les électeurs sont de ce fait particulièrement courtisés —, est informel et n'a aucun caractère scientifique. Mais il est considéré comme important pour déterminer les chances des candidats aux primaires.

Michele Bachmann l'a emporté avec 28,5 % des 16 892 suffrages exprimés, talonnée par Ron Paul (27,6 %), un candidat anti-establishment ayant inspiré la mouvance ultraconservatrice du Tea Party, dont elle est l'une des principales représentantes. Tim Pawlenty a été largement distancé avec 13,6 % des voix. Quant au favori des sondages côté républicain, l'ancien gouverneur du Massachusetts Mitt Romney, il s'est classé septième avec 3,4 % des voix. Alors même que son nom ne figurait pas sur les bulletins de vote, Rick Perry a fait mieux que lui avec 3,6 % des voix.

Perry représente «une menace forte et crédible pour Romney car il a la cote auprès des conservateurs sociaux» qui ont traditionnellement une grande influence sur les primaires républicaines, souligne Matt Dickinson, professeur de science politique au Middlebury College dans le Vermont.

Mais la victoire de Michele Bachmann dans le vote-test d'Ames laisse penser que la bataille pour décrocher l'investiture ne se jouera pas uniquement entre Perry et Romney.

Hier, Mme Bachmann a balayé les critiques la jugeant trop proche du Tea Party, assurant que sa base électorale était très large.

«Il ne se passe pas un rassemblement sans que les gens viennent me voir et me disent: "Michele, je suis démocrate et je vais voter pour vous", ou "Michele, je suis indépendant et je vais voter pour vous"», a-t-elle assuré sur ABC. «Et je crois que c'est parce que je parle de ce qui importe vraiment aux gens, à savoir faire repartir l'économie et créer des emplois.»

À voir en vidéo