États-Unis - Entrée remarquée du Tea Party dans la course à la Maison-Blanche

Michele Bachmann<br />
Photo: Michele Bachmann

Washington — Michele Bachmann a fait une entrée remarquée, sous les couleurs de l'ultra-droite américaine du Tea Party, dans la course à la présidentielle de 2012, chambardant le camp républicain, qui tente de mobiliser les électeurs contre le président Barack Obama.

Sans grande surprise, mais avec un effet d'annonce retentissant, Mme Bachmann a volé la vedette lundi soir lors du premier débat télévisé républicain dans le New Hampshire en annonçant sa candidature dans la course à la Maison-Blanche devant des millions de téléspectateurs.

Tout sourire au milieu de six candidats masculins (Mitt Romney, Tim Pawlenty, Ron Paul, Herman Cain, Newt Gingrich, Rick Santorum) cette femme de 55 ans, vêtue d'un tailleur noir très sobre, a répondu avec assurance à des questions sur la réforme santé du président Obama, la dette américaine ou encore la Libye.

Thomas Mann, expert en politique américaine au groupe de réflexion Brookings à Washington a estimé que Mme Bachmann «a semblé bien s'en sortir lors du débat, étant donné les faibles attentes. On peut maintenant l'imaginer gagnant [les caucus de] l'Iowa. Il est bien plus difficile l'imaginer comme présidente.»

Comme ses co-débatteurs masculins, elle a concentré ses prises de parole contre M. Obama. «Quand je serai présidente des États-Unis, je n'aurai pas de répit tant que l'Obamacare [la réforme santé du président] ne sera pas aboli», a-t-elle martelé. «Je veux annoncer ce soir que le président Obama n'aura qu'un mandat», a-t-elle ajouté.

Mais une absente de taille manquait à l'appel lundi soir sur le plateau télévisé: sa rivale Sarah Palin, considérée comme la «superstar» du Tea Party. Mme Palin, qui flirte avec l'idée d'une candidature présidentielle depuis qu'elle a été candidate à la vice-présidence des États-Unis aux côtés de John McCain en 2008, n'a pas encore annoncé ses intentions.

En attendant, c'est Michele Bachmann qui occupe le terrain. Connue pour ses bourdes, elle Palin a un jour affirmé que les premières escarmouches de la guerre d'indépendance américaine avaient eu lieu dans le New Hampshire et non le Massachusetts. Mais rien de tel n'a été relevé lundi soir.

Plusieurs sorties typiques du conservatisme américain lui ont même valu des applaudissements appuyés, tels que: «je suis à 100 % anti-avortement. J'ai donné naissance à cinq enfants et j'ai été maman d'accueil pour 23 enfants.»

Mme Bachmann, qui est aussi présidente du Tea Party à la Chambre des représentants, a insisté sur ses années de pratique en tant qu'avocate fiscale. Pour elle les impôts des entreprises doivent être baissés impérativement.

Malgré sa performance, Mme Bachmann n'est pas parvenue à faire oublier le favori actuel pour l'investiture républicaine Mitt Romney. Selon un sondage du National Journal publié hier, M. Romney remporte le débat avec un score de 51 %. Mme Bachmann arrive en deuxième position avec 21 %, loin devant les autres candidats.
1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 15 juin 2011 07 h 26

    L'extrême droite visible

    Avec Mme Bachmann, l'extrême droite américaine est enfin bien visible, forçant les candidats à la présidentielle de se positionner plus clairement. Bon pour la démocratie ! Mauvais pour la langue de bois !
    Roland Berger