États-Unis - Obama juge la loi interdisant le mariage homosexuel anticonstitutionnelle»

Washington — Le président Barack Obama juge «anticonstitutionnelle» la loi interdisant le mariage homosexuel et a demandé à son gouvernement de ne plus la défendre lors des contentieux portant sur cette question, a annoncé hier le ministre de la Justice, Eric Holder.

Le président Obama estime que la loi fédérale dite de «défense du mariage», qui stipule qu'un mariage doit être l'union d'un homme et d'une femme, est «anticonstitutionnelle», écrit M. Holder dans un communiqué.

«En conséquence, le président a ordonné au ministère de la Justice de ne plus défendre cette loi» devant la justice, ajoute M. Holder.

M. Obama a conclu, «après un examen attentif de nombreux éléments, dont une documentation détaillée sur la discrimination», que la question du mariage homosexuel devait être examinée «sur la base de critères plus pointus».

Le président américain vise précisément la section 3 de la loi votée en 1996, qui définit le mariage comme étant «seulement une union légale entre un homme et une femme» et exige que les époux soient de «sexe opposé».

La décision du président américain survient dans le cadre de deux affaires actuellement devant la justice américaine.

Jusqu'ici, le gouvernement pouvait intervenir devant les tribunaux pour s'opposer aux couples homosexuels en invoquant cette loi.

Un signal fort


La décision de Barack Obama envoie un signal fort au mouvement militant pour la légalisation des unions homosexuelles aux États-Unis, actuellement autorisées dans six États (le Connecticut, l'Iowa, le Massachusetts, le New Hampshire, le Vermont ainsi que la capitale Washington).

L'organisation pro-gaie Human Rights Campaign a salué la décision «monumentale» du président américain, estimant que la loi sur le mariage était «discriminatoire».

Le président américain avait reconnu fin décembre que sa position sur le mariage homosexuel évoluait «constamment» mais qu'il n'était pas prêt «à ce stade» à l'autoriser. Son porte-parole, Jay Carney, a assuré hier que M. Obama n'avait pas changé de position depuis.