Franc-parler américain

Washington — La diplomatie c'est le talent de dire les choses élégamment en public, sans froisser, mais les câbles secrets américains publiés par Wikileaks révèlent que les employés du département d'État ont parfois des jugements sans merci.

On trouve des portraits peu flatteurs de dirigeants alliés ou non des États-Unis. Voici un florilège des plus édifiants publiés par les quotidiens New York Times et britannique Guardian et l'hebdomadaire Spiegel.

-Nicolas Sarkozy. «Susceptible et autoritaire», selon l'ambassade des États-Unis, qui souligne les manières abruptes qu'adopte selon elle le dirigeant français avec ses collaborateurs.

-Silvio Berlusconi. Un diplomate américain de haut rang le décrit comme «irresponsable, imbu de lui-même et inefficace en tant que dirigeant européen moderne». Un autre câble le décrit comme «faible physiquement et politiquement» et affirme que ses habitudes de faire la fête jusqu'au bout de la nuit l'empêchent de récupérer.

-Angela Merkel. «Elle a peur du risque et fait rarement preuve d'imagination» juge un câble alors que son ministre des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, ouvertement homosexuel, est qualifié de «personnalité exubérante» mais ayant peu de savoir-faire en matière de diplomatie.

-Hamid Karzaï Un document le qualifie «d'extrêmement faible» et enclin à se laisser convaincre par des théories du complot.
3 commentaires
  • Sylvain Auclair - Abonné 29 novembre 2010 09 h 20

    Et Stephen Harper?

    On veut savoir ce que les États-Uniens pensent aussi de NOS gouvernants...

  • André Loiseau - Inscrit 29 novembre 2010 11 h 58

    Confidences sur l'oreiller


    Peut-être est-il impossible de répéter l'opinion générale des dirigeants internationaux à propos de Harper. Le constat choquerait les oreilles les mieux averties, les plus prudes conduits auditifs...
    N'empêche qu'il vogue allègrement vers une autre victoire électorale, supporté par le ROC et grâce à la pusillanimité du charmeur de pacotille Ignatieff. Les agneaux ne dévorent point les loups.
    Le Québec a rejeté ce premier ministre depuis longtemps mais nous sommes "canadiens" et il nous représente.

  • Kaomax - Inscrit 20 décembre 2010 12 h 05

    Le parlement US en pleine "perturbation"

    Julien Assange a vraiment "perturbé" le parlement américains. Eux qui dans l'ombre ont toujours ciblés les autres dirigeants, afin de voir comment bien manipuler les pions, se voient "démunis" devant leurs propres écrits.

    Personnellement j'en ai rien à cirer de ce que peut penser la maison blanche remplise de langues sales, concernant nos pantins politiques.

    Mais chose certaine, ce ne seront pas tous les dirigeants des autres pays qui verront la chose du même oeil que moi.

    Attache ta tuque "oncle Sam" l'hiver va être long.