En bref - SOS chrétien

Mossoul — Au moins 1000 chrétiens, beaucoup tenant à la main des rameaux d'olivier, ont défilé hier près de la ville de Mossoul pour demander au gouvernement irakien d'agir après une série de meurtres dont leur communauté a été victime.

Au moins huit chrétiens ont été tués ces deux dernières semaines dans cette ville située à 390 km au nord de la capitale Bagdad. Le pape Benoit XVI a demandé hier que les «minorités religieuses les plus vulnérables» bénéficient d'une meilleure protection. Deux des victimes avaient disparu, leurs corps présentant des blessures par balle ont été ensuite retrouvés dans la rue. D'autres ont été abattus dans la rue, près de leur maison ou sur leur lieu de travail. Cette série de meurtres survient une semaine avant les élections législatives du 7 mars, qui peuvent aussi bien contribuer à ramener la paix après sept années de guerre que plonger le pays dans un nouveau cycle de violence. Des prêtres revêtus de leurs habits sacerdotaux, ont organisé une procession de protestation dans la ville chrétienne de Hamdaniya, située à 40 km de Mossoul. «Le sang des innocents appelle à l'arrêt du terrorisme et de la violence», proclamait un banderole. Le nombre de chrétiens irakiens est estimé à quelque 750 000 fidèles sur une population totale de 28 millions d'habitants. Al-Qaïda a appelé à utiliser «des moyens militaires» pour faire dérailler le scrutin national du 7 mars qu'il considère comme une farce destinée à assurer la domination des chiites sur les sunnites.