Hillary Clinton s'inquiète des succès de Pékin et de Téhéran en Amérique latine

Washington — La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, s'est inquiétée hier des succès diplomatiques engrangés par la Chine et l'Iran en Amérique latine, les qualifiant de «très inquiétants».

«Si on regarde les gains que l'Iran et la Chine sont en train de réaliser en Amérique latine, c'est très inquiétant», a déclaré la chef de la diplomatie américaine au cours d'une rencontre publique avec des diplomates américains à la retraite.

Mme Clinton justifiait les récentes approches de la nouvelle administration américaine vers le président vénézuélien Hugo Chavez, l'une des bêtes noires de l'administration Bush.

Elle a exprimé l'intention d'ouvrir également le dialogue avec d'autres dirigeants latino-américains dont les relations avec les États-Unis sont tendues, notamment le président nicaraguayen, Daniel Ortega.

«L'Iran est en train de construire une énorme ambassade à Managua», a-t-elle noté, rappelant que les régimes de Pékin et de Téhéran avaient multiplié les contacts ces dernières années en Amérique du Sud.

«Ils sont en train de créer des relations économiques et politiques très fortes avec beaucoup de ces dirigeants, a-t-elle ajouté. Je ne pense pas que ce soit dans notre intérêt».

À voir en vidéo