En bref - Guantánamo : une centaine de détenus ne peuvent être ni libérés ni jugés

Washington — Entre 50 et 100 détenus de la prison de Guantanamo posent un problème aux États-Unis, car ne peuvent ni être libérés ni être jugés, a déclaré jeudi le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates.

«La question est de savoir ce que nous allons faire des 50 à 100 [détenus] que nous ne pouvons ni libérer ni juger» devant des tribunaux américains, a-t-il affirmé lors d'une audition au Congrès. Les États-Unis étudient actuellement les dossiers des quelque 240 détenus de Guantánamo afin d'identifier ceux susceptibles d'être transférés dans des pays tiers, ou jugés par des cours américaines ou des tribunaux militaires instaurés par l'administration Bush, a-t-il rappelé.

À voir en vidéo