Une nouvelle page des relations de leurs pays - Obama et Medvedev remettent le compteur à zéro

Londres — Les présidents américain Barack Obama et russe Dmitri Medvedev ont fait montre de bonne volonté hier pour remettre à zéro les relations entre Moscou et Washington en annonçant le lancement de négociations ambitieuses sur une réduction de leurs arsenaux nucléaires.

Pour leur première rencontre, les deux leaders se sont également accordés pour augmenter la pression sur le programme nucléaire iranien, tandis que le président Obama a annoncé qu'il se rendrait à Moscou en juillet à l'invitation du Kremlin.

Après la rencontre, le président américain a dit espérer que ces pourparlers marqueront «le début de nouveaux progrès dans les relations russo-américaines». Semblant vouloir tourner la page des rapports tendus entre leurs prédécesseurs Vladimir Poutine et George W. Bush, les deux dirigeants ont annoncé une reprise des négociations sur le traité START-1, conclu pendant la guerre froide, et qui arrive à échéance à la fin de l'année.

Optimisme

Le Traité de réduction des armes stratégiques (START-1) conclu en 1991 entre le président américain George Bush (père) et le président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev, prévoyait une réduction de 30 % des arsenaux stratégiques offensifs russes et américains.

«Après cette rencontre, je regarde le futur de nos relations avec optimisme», a déclaré le président russe.

Les deux responsables ont également indiqué leur intention de collaborer pour diminuer les tensions provoquées par le projet d'extension du bouclier antimissile américain en Europe de l'Est, que la Russie considère comme une menace.

Malgré la persistance des divergences sur ce projet, «nous avons discuté des nouvelles possibilités d'une coopération internationale mutuelle dans le domaine de la défense antimissile», ont indiqué les présidents.

L'Iran

Alors que Washington cherche à obtenir un soutien fort de Moscou en vue de la suspension du programme nucléaire iranien, les deux leaders ont déclaré que Téhéran devait faire plus pour convaincre la communauté internationale de la nature exclusivement pacifique de son programme.

Des membres des deux délégations ont réagi positivement à ce premier face-à-face. «Ce n'était pas simplement une prise de contact, on a fixé un programme très ambitieux pour les relations russo-américaines», a observé un haut responsable américain, sous couvert de l'anonymat.

Le premier vice-premier ministre russe Igor Chouvalov a estimé que la rencontre n'avait «pas été [complètement] rose, mais positive».

À voir en vidéo