Nouveau président cherche collaborateurs

Washington — Les postulants à un emploi dans la future administration Obama peuvent consulter la liste parfois hétéroclite des quelque 8000 postes bientôt vacants avec l'arrivée du nouveau président, mais ils devront tout dévoiler de leur passé pour espérer travailler avec lui.

Parmi les emplois remis en jeu se trouvent notamment celui de l'architecte du Capitole, un négociateur spécial pour le textile auprès du président, un directeur de la commission sur l'amitié Japon-USA, ou un président de la commission des mammifères marins.

La grille des salaires pour les plus hauts responsables varie de 114 468 à 221 100 dollars par an. Le poste le plus modeste est un emploi à temps partiel à 571 dollars annuels pour la Commission de recherches arctiques.

Selon le bureau des publications officielles (GPO) qui a publié hier la liste dans un livre mauve de 209 pages surnommé le «Plum Book» (livre prune), 150 copies du document se sont vendues et 200 autres ont été commandées par Internet dans la seule journée d'hier.

Mais comme le révélait le quotidien The New York Times hier, les candidats devront être prêts à tout dévoiler sur eux et leur famille en remplissant un questionnaire de sept pages contenant 63 entrées, sur la vie professionnelle et personnelle du postulant. Certaines des questions portent également sur les conjoints, les enfants, et même les relations de travail du candidat.

Des questions

«Avez-vous déjà payé une pénalité fiscale? Si oui, décrivez les circonstances», demande notamment le questionnaire. «Avez vous déjà été arrêté, condamné», «des membres de votre famille, des proches ont-ils été déjà été arrêtés», «dressez une liste des plaintes pour harcèlement sexuel qui ont été dirigées contre vous», y trouve-t-on encore.

Les lobbyistes sont également traqués dans le questionnaire conformément à la volonté du président élu. Le coprésident de l'équipe de transition, John Podesta, a annoncé en début de semaine des règles drastiques bannissant cette pratique auprès des membres du groupe chargé de gérer la transition. «Avez-vous, ou votre épouse, déjà été enregistrés comme lobbyistes?», lit-on dans le questionnaire.

Par ailleurs, signe des temps nouveaux, le processus d'évaluation des candidats s'étend aussi à Internet: le questionnaire demande aux candidats de fournir tout site Internet

personnel ou professionnel contenant des informations sur eux, telles que des pages Facebook ou MySpace.

Selon Stephanie Cutter, la porte-parole de l'équipe de transition de Barack Obama, «le président élu Obama s'est engagé à changer la façon dont fonctionne [l'administration à] Washington, et le processus d'évaluation en est un exemple».

La transition

Parallèlement, des membres de l'équipe de transition sont attendus d'ici à la fin de la semaine dans plusieurs ministères et autres agences gouvernementales pour y évaluer la situation avant l'investiture de Barack Obama le 20 janvier 2009. Ils doivent commencer par le département d'État, le Trésor et le Pentagone, a indiqué mercredi l'équipe de transition dans un communiqué.

Les préparatifs au Pentagone pour passer la main à une nouvelle administration sont plus avancés que lors de précédentes périodes de transition, a déclaré hier un responsable du ministère de la Défense.

M. Obama a annoncé hier que ses fonctions de sénateur de l'Illinois prenaient fin officiellement dimanche, dans un communiqué où il rend hommage aux habitants de cet État qu'il a représenté pendant quatre ans.

Le président élu, qui se trouvait toujours à Chicago hier, y passait la journée à tenir des réunions.