À un mois de la présidentielle - Obama fait un bond dans les sondages

Washington — L'horizon se dégage pour le démocrate Barack Obama à environ un mois de l'élection présidentielle américaine, plusieurs sondages publiés hier le donnant favori face à John McCain et une étude le plaçant au-dessus de la barre des 50 % dans trois des principaux États clefs.

Une enquête du Pew Research Center accorde sept points d'avance à M. Obama au niveau national (49 % contre 42 % pour M. McCain) et un sondage de l'université Quinnipiac donne une avance de 8 à 15 points au sénateur de l'Illinois dans trois des principaux États clefs (Floride, Ohio, Pennsylvanie).

Selon le Pew, trois facteurs expliquent la progression du candidat démocrate: sa bonne performance lors du débat télévisé de vendredi, la confiance qu'il inspire pour résoudre la crise financière et l'effet négatif de Sarah Palin sur la campagne McCain. Selon l'étude du Pew, 51 % des Américains estiment que la gouverneure de l'Alaska n'est pas qualifiée pour éventuellement devenir présidente des États-Unis.

Selon le sondage de Quinnipiac, M. Obama est crédité de 51 % d'intentions de vote en Floride contre 43 % pour M. McCain, de 50 % d'intentions de vote contre 42 % dans l'Ohio et de 54 % contre 39 % en Pennsylvanie. Ce sondage a été réalisé après le débat télévisé qui a opposé les deux candidats vendredi.

Depuis 1960, aucun candidat n'a remporté la Maison Blanche sans gagner au moins deux de ces trois États clefs.

«Il est difficile de trouver une course présidentielle moderne où l'on constate un écart aussi considérable, rapide et net en fin de campagne», a commenté Peter Brown, de l'institut de sondage de l'université Quinnipiac. «Au cours des 20 derniers jours, le sénateur Obama est passé de sept points de retard à huit points d'avance en Floride, il a accentué son avance dans l'Ohio et mène de 15 points en Pennsylvanie», a-t-il ajouté.

D'autres études récentes signalent une progression du sénateur de l'Illinois dans d'autres États clefs comme la Caroline du Nord, la Virginie ou le Colorado.

Il reste 33 jours avant l'élection et nombre de «surprises» pourraient encore chambouler la donne. Ainsi, au cours des 34 derniers jours, on a vu les ouragans Gustav et Ike frapper la côte du Golfe du Mexique, le taux de chômage atteindre son plus haut niveau depuis sept ans, la banque Lehman Brothers déposer son bilan, sa concurrente Merrill Lynch rachetée par Bank of America, l'assureur AIG nationalisé, le gouvernement Bush proposer un plan de sauvetage du système financier.