Omar Khadr aurait été privé d'un traitement approprié

Toronto — Une représentante du gouvernement du Canada s'est plainte, il y a quelques mois, que ses efforts visant à fournir des soins appropriés au détenu Omar Khadr à Guantànamo avaient été contrecarrés par les autorités américaines qui veillaient à sa détention, selon des documents récemment rendus publics.

Des comptes rendus — jusque-là gardés secrets — de visites effectuées par une représentante du ministère canadien des Affaires étrangères tendent à démontrer que des demandes aussi mineures qu'un oreiller, une couverture ou des lunettes de soleil ont été rejetées, pour des motifs de sécurité.

«Plusieurs requêtes de la part d'Omar et de représentants du gouvernement canadien tombaient dans l'oubli, étaient ignorées ou n'étaient pas traitées dans un délai respectable», a écrit Suneeta Millington après avoir rendu visite à Khadr, au printemps.

Les documents, dont La Presse Canadienne a obtenu copie, ont été présentés en Cour cette semaine, alors que le gouvernement fait face à une poursuite visant à forcer le premier ministre Stephen Harper à demander le retour de Khadr au Canada.

Maintenant âgé de 21 ans, Khadr devait subir son procès le 8 octobre, en rapport avec des crimes de guerre qu'il aurait commis en Afghanistan alors qu'il était âgé de 15 ans. Cependant, un juge militaire américain a remis le procès, jeudi, à une date indéterminée.

Les autorités américaines l'accusent d'avoir lancé une grenade qui a causé la mort d'un soldat américain après un bombardement et un combat armé d'une durée de quatre heures en juillet 2002, en Afghanistan.

À voir en vidéo