Obama remporte les caucus du Maine

Barack Obama, que l’on voit ici serrant la main de partisans en Virginie hier, a remporté haut la main les trois consultations organisées samedi pour départager les rivaux démocrates dans l’État de Washington.
Photo: Agence Reuters Barack Obama, que l’on voit ici serrant la main de partisans en Virginie hier, a remporté haut la main les trois consultations organisées samedi pour départager les rivaux démocrates dans l’État de Washington.

Augusta, Maine — Barack Obama a remporté hier les caucus démocrates du Maine, décrochant ainsi sa cinquième victoire sur cinq possibles ce week-end contre Hillary Clinton dans le processus de désignation du candidat du parti à la présidentielle américaine.

Selon les résultats portant sur 99 % des circonscriptions du Maine (nord-est des États-Unis), Obama recueillait 59 % des voix contre 40 % pour l’ancienne première dame, l’assurant ainsi de la voix de la majorité des 24 délégués qui représenteront l’État lors de la convention nationale du parti cet été.
Obama a donc réalisé un sans-faute
ce week-end: après ses trois victoires samedi dans les primaires et les caucus du Nebraska, de Washington et de la Louisiane, il a arraché hier le Maine et les Îles vierges. Les responsables du Parti démocrate de ce territoire des Caraïbes ont annoncé que le sénateur de l’Illinois a remporté 90 % des suffrages et donc le soutien des six délégués en jeu.

Le sénateur de l’Illinois, qui a battu sans appel sa rivale Hillary Clinton lors de trois consultations organisées samedi, aborde donc en position de force les primaires prévues demain dans la région de Washington tandis que, chez les républicains, Mike Huckabee continue de cristalliser les réticences envers le favori John McCain.
Baptisées les «primaires du Potomac», du nom du fleuve bordant les États du Maryland, de la Virginie et du District de Columbia, la capitale fédérale américaine, ces consultations électorales mettent en jeu 83 délégués en Virginie, 70 dans le Maryland, et 15 à Washington.

Selon le dernier sondage du site RealClearpolitic hier, le sénateur de l’Illinois est crédité d’une avance de 17,3 points en moyenne dans les intentions de vote devant sa rivale dans l’État de Virginie, qui encore récemment semblait favorable à Hillary Clinton.
Il semble également assuré de remporter le Maryland et le District de Columbia, où vit une importante communauté noire.

Signe d’un léger passage à vide, l’ancienne première dame a remanié son équipe hier, remplaçant sa directrice de campagne, Patti Solis Doyle, par une collaboratrice de longue date, Maggie Williams.

Selon RealClearPolitics hier, l’avance de Mme Clinton sur M. Obama en nombre de délégués a fondu: 1123 contre 1120. Il faut rassembler au moins 2025 délégués pour obtenir la nomination démocrate en vue de l’élection présidentielle de novembre.
Côté républicain, le grand favori John McCain, peine à rallier les éléments les plus conservateurs de son propre parti.
Il a subi un revers en étant battu au Kansas et en Louisiane par le conservateur Mike Huckabee qui refuse de s’avouer vaincu dans la course à l’investiture et a remporté de justesse l’État de Washington.

Le président George W. Bush a indiqué hier qu’il apporterait son soutien à John McCain s’il emporte l’investiture républicaine, mais il estime qu’il lui reste beaucoup de travail à faire pour s’attirer les bonnes grâces de l’aile la plus conservatrice du parti.
«Il n’y a aucun doute dans mon esprit que c’est un vrai conservateur», a estimé le président hier lors d’une interview exclusive sur la chaîne Fox.

M. Bush a défendu le sénateur de l’Arizona, son adversaire dans la course à la présidentielle de 2000. «Il est très solide sur les sujets de défense nationale. Il est dur en matière d’impôts. Il est persuadé que les baisses d’impôts [décidées par le président Bush] doivent être pérennisées. Il est opposé à l’avortement. En ce qui me concerne, ses principes sont sains et solides», a souligné le président.

Mais il refusé de choisir entre John McCain et Mike Huckabee: «Je veux être sûr que vous ne me faites pas participer à ces primaires avant qu’elles ne soient terminées, parce que nous avons un autre conservateur, Mike Huckabee qui est toujours candidat».

À voir en vidéo