Obama bat Clinton

Photo: Agence France-Presse (photo)

Le jeune sénateur démocrate de l’Illinois, Barack Obama, et l’«outsider» républicain Mike Huckabee, ont remporté hier soir les caucus de l’Iowa, une consultation dont personne n’osait prévoir l’issue et qui représente le coup d’envoi du long processus menant au choix des candidats des deux grands partis politiques américains en vue des élections présidentielles du 4 novembre.

Barack Obama, qui aspire à devenir le premier président noir des États-Unis, a coiffé l’ancien sénateur de la Caroline du Nord, John Edwards, et l’ex-première dame Hillary Clinton, obtenant 38 % des votes exprimés contre 30 % 29 % respectivement pour ses deux principaux adversaires. Côté républicain, l’ex-gouverneur de l’Arkansas, un populiste issu de la droite religieuse, a devancé le richissime financier mormon du Massachusetts, Mitt Romney, qui avait investi beaucoup plus d’argent que lui dans sa campagne en l’Iowa. Au moment d’aller sous presse, ces deux candidats avaient reçu respectivement l’appui de 34 %, 25 %.
Le sénateur de l’Arizona John Mc Cain et Tom Thompson, un ancien gouverneur du Wisconsin, suivaient assez loin avec chacun 13 % des suffrages.

M. Obama a gagné dans un État composé à 95 % de Blancs. Pendant longtemps, Mme Clinton, qui demeure la favorite démocrate au niveau national, avait fait la course en tête dans l’Iowa avant d’être irrésistiblement rattrapée par ses rivaux.
Né en 1961 à Hawaï, diplomé en droit de Harvard, M. Obama se présente comme le candidat de la réconciliation nationale.

«On disait que ce jour n’arriverait jamais, On nous avait dit que nous visions trop haut , a-t-il dit dans son discours de la victoire. «On nous avait dit que ce pays était trop divisé, trop désabusé pour se rassembler à nouveau. Mais en cette nuit de janvier, dans un moment déterminant de l’histoire, vous avez réalisé ce que les cyniques jugeaient impossible.»

«Nous avons choisi l’espoir plutôt que la peur. Nous choisissons l’unité plutôt que la division et envoyons un puissant message de changement pour l’Amérique», a déclaré le candidat.
Dans un discours mobilisateur dans lequel il a utilisé abondamment répété le mot «espoir», le cadidat a proné «une coalition pour le changement».et promis de mettre fin à la guerre en irak.
Peu avant 21h 30, NBC avait donné Obama gagnant alors que les résultats des deux tiers des caucus démocrates avaient été compilés. Le réseau CNN avait annoncé la victoire de Mike Huckabee une demi-heure plus tôt.

Hillary Clinton, qui ambitionne de devenir la première femme présidente des États-Unis, a félicité son adversaire Barack Obama, parlant d’«une très bonne soirée pour les démocrates», dont les électeurs ont participé aux caucus plus nombreux que jamais.
«Il est clair que l’Amérique doit prendre un nouveau départ», a-t-elle ajouté, se déclarant prête à relever le défi.
Mme Clinton s’est dit «optimiste» et «confiante» avant les primaires du New Hamsphire mardi et a insisté sur le fait qu’elle avait toujours eu l’intention de mener campagne dans tout le pays.

Mitt Romney a reconnu sa défaite peu après que les réseaux l’aient annoncée. «Félicitations à Mike et nous allons maintenant nous battre dans le New Hampshire» , a-t-il déclaré sur la chaîne Fox News. Il a ajouté être satisfait de sa place de deuxième dans l’Iowa.
Les élections primaires du New Hampshire s’annoncent plus difficiles pour Mike Huckabee, un ancien pasteur baptiste, presque inconnu il y a quelques mois. La droite religieuse est moins influente dans cet État de la Nouvelle-Angleterre et, en cas d’échec, il est probable que la victoire obtenue dans l’Iowa fasse long feu.
Dans le New Hampshire, un récent sondage conforte, côté républicain, les espoirs du sénateur de l’Arizona John McCain (31 %) contre Romney (25 %). M. Mc Cain avait remporté le New Hampshire en 2000. Les sondages y placent pour le moment Huckabee à une lointaine troisième place. Côté démocrate, Hillary Clinton est donnée favorite avec 36 % des intentions de vote contre 22 % pour Obama.

L’ex-maire de New York Rudolf Giuliani, qui, dans un sondage publié mercredi avait perdu la tête des sondages nationaux au profit de John Mc Cain, est crédité de seulement 9 ou 10 % des intentions de vote au New Hampshire.

Une fois les candidats démocrate et républicain choisis et entérinés lors de conventions pendant l’été, l’élection présidentielle se tiendra le 4 novembre avec une entrée en fonctions du nouveau président le 20 janvier 2009.
Rien n’est joué à l’issue des caucus de l’Iowa, mais les vainqueurs sont propulsés sous les feux de l’actualité dès l’annonce des résultats, d’autant plus que cet État s’est acquis une réputation de «faiseur de rois».

En 2004, la victoire de John Kerry l’avait confirmé comme leader dans la course et avait compromis les chances de l’ancien gouverneur du Vermont, Howard Dean.
Le New Hampshire organise ses primaires mardi et d’autres rendez-vous sont prévus d’ici la fin du mois. Le 5 février, «super mardi», des primaires auront lieu dans une vingtaine d’États, dont la Californie et l’État de New York.
Certains commentateurs des médias américains jugent que l’Iowa est peu représentatif avec une population de trois millions d’habitants et que la participation y est trop faible pour qu’il mérite de jouer un tel rôle de premier plan dans le processus menant au choix des candidats à la présidence.


Avec l’Agence France-Presse, Associated Press et Reuters

À voir en vidéo