OVNI: 60 ans après Roswell, la ville réunit 35 000 curieux

Roswell, Nouveau-Mexique — Soixante ans après l'«incident de Roswell», décrit par certains comme le crash d'un OVNI dans le désert du Nouveau-Mexique, au moins 35 000 personnes se sont réunies pour un festival commémoratif dans cette petite ville du sud-ouest des États-Unis, dont le nombre d'habitants a presque doublé ce week-end.

Le Amazing Roswell UFO Festival (ou le Fantastique Festival d'OVNI de Roswell), qui a débuté jeudi, proposait des concerts, des concours de déguisement, un défilé dans le centre-ville et plusieurs conférences. Les participants ont pu se pencher, entre autres, sur la question «Que sait vraiment la NASA?».

Le festival a vu le jour dans les années 1990 pour rouvrir le débat sur ce qui s'est réellement passé en juillet 1947 à Roswell.

Selon les autorités, il s'agissait du crash d'un ballon météorologique dont l'existence était classée secret Défense. Les détracteurs de l'explication officielle soutiennent de leur côté qu'il s'agit d'une conspiration massive orchestrée par le gouvernement, qui cherche non seulement à cacher le fait qu'il a mis la main ce jour-là sur un extraterrestre, mais aussi l'existence de la vie au-delà de la planète Terre en général.

Al Dooley, 59 ans, venu de Seattle, a déclaré à l'Associated Press qu'il n'avait pas tranché, mais qu'il a souhaité participer au festival pour en savoir plus. D'où sa présence à la conférence sur «les dossiers d'OVNI britanniques et la surveillance gouvernementale des ufologues». Peu impressionnée, son épouse Nancy est restée assise à proximité en attendant la fin du festival pour pouvoir continuer ses vacances en couple dans l'Arizona voisin.

«Je ne suis pas venu pour l'ambiance de carnaval. Je suis venu pour écouter les intervenants, a cependant souligné Dooley, imperturbable. Je voulais savoir ce qu'il y avait comme discussion sérieuse et renseignée.»

Et si le doute persiste sur l'incident de Roswell, Dooley n'exclut pas d'avoir lui-même repéré un Objet volant non identifié en 1968 ou en 1969...

De son côté, Michael, guitariste d'un groupe appelé Element 115, explique que Roswell n'est pas pour lui une question de croyance. C'est une certitude. D'ailleurs, il voudrait un jour que son groupe ait une affiche régulière dans un parc d'attraction dont l'installation possible à Roswell a beaucoup fait parler lors du festival.

«Je veux les aider avec [ce projet], a-t-il déclaré. Je vois des millions et des millions de dollars dans cet endroit. Iil faut juste qu'ils sachent comment le commercialiser correctement.»

Dans le centre de conférence de la ville, on pouvait acheter des poupées d'extraterrestres, se faire photographier avec des Martiens, ou encore se procurer un kit permettant de découvrir si oui ou non ses voisins ou son patron sont des créatures venues d'une galaxie lointaine.

Organisé les années précédentes par le musée des OVNI de Roswell, le festival a été cette année pour la première fois mis sur pied par la municipalité, qui comptait bien profiter des retombées économiques de l'affluence des touristes.

À voir en vidéo