En bref - Accord indo-américain

Washington — Le président américain George W. Bush a promulgué hier un accord permettant la coopération nucléaire civile avec l'Inde, décrit par ses détracteurs comme une incitation à la prolifération.

Lors de la cérémonie de signature faisant entrer ce texte dans la loi, M. Bush a au contraire vanté un «accord historique»: il place les activités nucléaires civiles de l'Inde sous le contrôle de la communauté internationale après 30 années en dehors du système, et initie un «nouveau partenariat stratégique» avec la plus grande démocratie au monde, a-t-il dit. L'accord approuvé récemment par le Congrès américain, doit encore franchir de nombreux obstacles, aux États-Unis, en Inde et auprès des instances internationales, avant de pouvoir être appliqué. Il lève l'interdiction de coopération faite aux compagnies américaines avec l'Inde, qui a procédé en 1974 à son premier essai nucléaire militaire et qui n'a pas signé le Traité de non-prolifération. En échange, l'Inde, qui compte sur cette coopération pour aider à couvrir la croissance exponentielle de ses besoins énergétiques accepte de placer 14 de ses 22 réacteurs nucléaires sous contrôle international.