Rumsfeld met en garde contre une «sortie élégante» d'Irak

Washington — Le secrétaire américain à la Défense sortant Donald Rumsfeld a mis en garde contre une «sortie élégante» d'Irak et appelé les Américains à ne pas se montrer faibles dans la lutte contre le terrorisme.

«Il peut sembler réconfortant pour certains d'envisager de sortir élégamment des douleurs et de l'horreur du combat. Mais l'ennemi pense différemment», a déclaré M. Rumsfeld lors d'une cérémonie militaire d'adieu au Pentagone en présence du président George W. Bush.

«Sous la direction du président, ce pays a décidé d'affronter l'idéologie de haine des extrémistes qui a donné naissance à un mouvement mondial et de se battre contre l'ennemi. L'autre option était l'inaction et la défense, une tendance, comme l'histoire l'a montré, qui ne fait qu'encourager l'ennemi», a-t-il ajouté.

«Diriger ne consiste pas à faire des choses faciles, il s'agit de faire ce qui est juste, même quand c'est difficile, particulièrement quand c'est difficile», a-t-il estimé.

Selon lui, «il devrait être clair aujourd'hui que non seulement la faiblesse est une provocation mais que la perception d'une faiblesse de notre part peut aussi être une provocation».

«La conclusion par nos ennemis que les États-Unis manquent de volonté et ne sont pas résolus à mener les missions qui demandent des sacrifices et de la patience est aussi dangereuse qu'un déséquilibre de la puissance militaire conventionnelle», a-t-il ajouté.

Donald Rumsfeld s'en va après six ans controversés à la tête du Pentagone, au moment où le gouvernement américain réfléchit à un changement de stratégie en Irak. Il a démissionné de son poste au lendemain des élections parlementaires du 7 novembre, perdues par le Parti républicain du président Bush.

Les démocrates, qui contrôlent le nouveau Congrès, ont appelé à un retrait graduel des troupes américaines d'Irak, ravagé par les violences.