Stabilisation de l'Irak - L'Iran et la Syrie sont prêts à dialoguer avec Washington

Téhéran — Au moment où Washington et Londres n'excluent pas de les associer aux efforts de règlement du conflit irakien, l'Iran et la Syrie ont indiqué hier qu'ils étaient prêts à envisager un dialogue avec les États-Unis.

Lors d'une conférence de presse télévisée, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a annoncé que Téhéran était prêt à discuter avec les autorités américaines à condition que Washington change d'attitude. «Nous disons depuis le début que nous discuterons avec le gouvernement américain, mais sous conditions. Ces conditions concernent l'attitude du gouvernement américain. S'ils corrigent leur comportement, nous leur parlerons, à eux comme à d'autres», a-t-il dit.

Depuis la victoire des démocrates aux élections intermédiaires américaines, des pressions s'exercent sur l'administration républicaine de George Bush pour qu'elle engage des relations directes avec Téhéran et Damas sur la question irakienne.

À Damas, le quotidien Tichrine écrit que «la Syrie est prête au dialogue avec les États-Unis pour parvenir à la sécurité et à la stabilité [...] et tend la main avec sincérité en espérant comme toujours une réponse. La balle est dans leur camp». «Les propos tenus quant à la nécessité d'un dialogue avec la Syrie et sur les moyens de traiter les problèmes de la région dans son ensemble sont intéressants», ajoute-t-il.

Le président Bush refusait jusqu'ici de demander leur concours à l'Iran et à la Syrie pour mettre fin à l'insurrection en Irak. Mais le revers qu'il a essuyé le 7 novembre dans les urnes — en grande partie à cause de la situation en Irak — a entraîné un changement de perspective.