Irak - Enquête sur une autre bavure présumée

Bagdad — L'armée américaine a annoncé hier avoir ordonné une enquête sur une bavure présumée au cours de laquelle au moins deux soldats américains auraient violé la semaine dernière une femme irakienne puis l'auraient tuée, ainsi que trois membres de sa famille, au sud de Bagdad.

Selon un communiqué américain, le général James D. Thurman a ordonné au commandement des recherches criminelles (CRC) de mener une enquête sur un incident au cours duquel des soldats «auraient tué quatre civils irakiens d'une même famille dans leur maison à Mahmoudiyah, [à 30 km] au sud de Bagdad».

Un examen préliminaire a permis de récolter suffisamment d'informations pour recommander une enquête criminelle au sujet de cet incident, a ajouté le communiqué, précisant que «l'enquête du CRC a commencé le 24 juin et [qu']elle se poursuit».

Un porte-parole de l'armée américaine, le commandant Todd Breasseale, a affirmé ensuite que l'incident s'était produit en mars mais que c'est seulement le 23 juin que deux soldats de la même unité, qui sont actuellement interrogés, ont rapporté l'incident.

Les deux soldats accusés appartiennent à la même unité (le 1er bataillon du 502e régiment d'infanterie) que les deux militaires américains, Kristian Menchaca et Thomas Tucker, dont les corps torturés ont été retrouvés le 19 juin dans la région de Youssoufiyah (25 km au sud de Bagdad) quatre jours après leur disparition.

Interrogé mardi par les journalistes sur une possibilité de vengeance après la mort de Menchaca et Tucker, le général Thurman, commandant de la Force multinationale pour Bagdad et les provinces plus au sud, avait affirmé: «Nous avons des valeurs et des normes dans notre armée et nos soldats sont disciplinés; je sais que nos commandants font constamment attention à ce genre de choses.»

Deux soldats américains ont été inculpés le 25 juin d'homicide et de voie de fait sur des civils irakiens près d'un camp militaire à Ramadi (110 km à l'ouest de Bagdad).

Un autre a été inculpé pour le meurtre prémédité en mai de trois prisonniers en Irak. Trois autres militaires ont été inculpés deux jours auparavant dans la même affaire.

Des marines sont soupçonnés d'avoir tué de sang-froid au moins 24 civils, parmi lesquels des enfants, le 19 novembre 2005 lors d'une opération à Haditha, localité située à 260 km à l'ouest de Bagdad, en représailles à la mort de l'un des leurs dans un attentat.