La colère gronde en Chine devant les images des spectateurs sans masque au Mondial

Les images télévisées des spectateurs sans masque à la Coupe du monde de soccer rendent les Chinois furieux d’être toujours soumis aux strictes mesures de la politique « zéro COVID » imposée par Pékin, pendant que le reste du monde cohabite avec le virus.
Jewel Samad Agence France-Presse Les images télévisées des spectateurs sans masque à la Coupe du monde de soccer rendent les Chinois furieux d’être toujours soumis aux strictes mesures de la politique « zéro COVID » imposée par Pékin, pendant que le reste du monde cohabite avec le virus.

Les images télévisées des spectateurs sans masque à la Coupe du monde de soccer rendent les Chinois furieux d’être toujours soumis aux strictes mesures de la politique « zéro COVID » imposée par Pékin, pendant que le reste du monde cohabite avec le virus.

« Certains assistent en personne et sans masque aux matchs de la Coupe du monde, d’autres sont confinés chez eux depuis un mois, sur site depuis deux mois, sans pouvoir mettre un pied dehors », écrit un habitant du Guangdong sur le réseau social Weibo, l’équivalent chinois de Twitter.

« Qui a volé ma vie ? Je ne me prononcerai pas », ajoute-t-il, dans un contexte de grogne contre l’approche implacable du régime chinois pour limiter la propagation des cas de COVID-19.

La Chine, où la COVID-19 a été détectée fin 2019, est la dernière grande économie au monde tentant encore d’enrayer la propagation du coronavirus, en confinant des villes ou des quartiers entiers et en imposant des tests de dépistage à des millions de personnes.

Pourtant, le nombre de cas quotidiens a atteint 29 157 mercredi, ce qui est peu par rapport à d’autres pays mais se rapproche du record national établi en avril.

À la date de mardi, plus d’un quart de la population chinoise avait été placée mardi sous une forme ou une autre de confinement, selon les analystes de l’Institut Nomura, ce qui contraste avec les foules du Mondial.

« La Coupe du monde permet à la plupart des Chinois de voir la réalité à l’étranger, d’être inquiets pour l’économie de la patrie et leur propre jeunesse », écrit un autre usager de Weibo, habitant de la province de Shaanxi.

Une lettre ouverte demandant si la Chine est « sur la même planète » que le Qatar a été diffusée mardi sur l’application de messagerie WeChat, avant d’être censurée et retirée de la plateforme.

Les matchs de la Coupe du monde sont diffusés en Chine sur le réseau d’État CCTV, le même qui bombarde les Chinois d’informations négatives sur le chaos et les nombreux décès causés par la COVID-19 aux États-Unis.

« La politique anti-épidémique du Nigeria a des résultats clairs […] pourquoi n’apprenons-nous pas du Nigeria et regardons-nous seulement les données américaines », interrogeait la lettre ouverte.

La colère de la population face à ces restrictions a récemment donné lieu à de rares manifestations.

Mercredi, de violentes manifestations ont eu lieu autour de la plus grande usine d’iPhone au monde, propriété du sous-traitant taïwanais Foxconn.

Des salariés ont eu des altercations avec des personnes en combinaisons blanches de protection intégrale et la police antiémeute au sujet des restrictions liées à la COVID-19.

À voir en vidéo