Plus de 40 morts en Chine après un séisme de magnitude 6,6

L’épicentre se situe à 39 kilomètres du canton de Luding, dans une zone qui n’est pas très densément peuplée.
Photo: Xinhua via Associated Press L’épicentre se situe à 39 kilomètres du canton de Luding, dans une zone qui n’est pas très densément peuplée.

Le bilan du puissant séisme de magnitude 6,6 qui a frappé lundi la province du Sichuan, une zone montagneuse du sud-ouest de la Chine, a bondi à 46 morts, selon de nouvelles annonces d’un média d’État.

La secousse a été enregistrée à 12h52 locales (04H52 GMT) dans la province du Sichuan, a indiqué l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGS) — organisme de référence au niveau mondial pour les tremblements de terre.

L’épicentre se situe à 39 kilomètres du canton de Luding, dans une zone qui n’est pas très densément peuplée, selon la télévision publique chinoise CCTV.

Une vidéo diffusée par l’agence de presse officielle Chine nouvelle montrait des lustres se balancer au plafond et des pans d’immeubles en béton tombés à terre.

CCTV a pour sa part montré des images de pompiers en tenue orange dégageant des rochers tombés sur une route et d’une berline bleue au pare-brise fracassé par une énorme pierre.

La secousse a également été ressentie à quelque 200 kilomètres de l’épicentre, dans la capitale provinciale Chengdu, dont les 21 millions d’habitants sont actuellement confinés chez eux en raison d’un foyer de COVID-19.

Le bilan provisoire, revu à la hausse en soirée, fait désormais état de « plus de 30 morts », selon la télévision nationale.

Un précédent bilan avait évoqué au moins 21 morts.

 

Face à un bilan qui pourrait encore s’alourdir, le président chinois Xi Jinping a appelé « à tout faire pour venir en aide aux personnes affectées par la catastrophe et minimiser les pertes humaines », a rapporté Chine nouvelle.

L’armée mobilisée

Proche de l’épicentre, la ville de Ya’an parle de « dégâts à des niveaux divers » dans les zones touchées.

« Des habitations ont été gravement endommagées » et « les télécommunications ont été coupées » à certains endroits près de l’épicentre, a pour sa part indiqué la préfecture voisine de Garze.

C’est le cas notamment à Moxi, un petit bourg de 7000 habitants, a rapporté la télévision publique CGTN.

Plus de 1000 soldats et officiers de l’armée sont mobilisés, selon le Bureau sismologique du Sichuan, qui a diffusé des images de ses ingénieurs équipés d’ordinateurs portables se rendant sur les lieux.

D’après CCTV, les autorités locales ont également dépêché plusieurs milliers de secouristes, pompiers, médecins ou membres de la Police armée du peuple — gendarmes chargés de la sécurité publique et mobilisés durant les catastrophes.

La secousse était « relativement forte », a indiqué à l’AFP une habitante de Chengdu qui n’a pas souhaité donner son nom complet, Mme Chen.

« Certains de mes voisins du rez-de-chaussée ont dit qu’ils l’avaient ressentie très clairement », a-t-elle ajouté.

Mais comme la ville est confinée « les gens ne sont pas autorisés à quitter leurs complexes résidentiels », a-t-elle souligné.

Les autorités n’ont pas fait état de dégâts dans la capitale provinciale pour l’instant. Chengdu avait prolongé dimanche le confinement de ses habitants après la découverte ces derniers jours de centaines de nouveaux cas positifs au coronavirus.

Répliques

 

Les autorités ont acheminé des milliers de tentes, couvertures et lits pliants dans les zones touchées afin de venir en aide aux personnes dont l’habitation a été endommagée, a rapporté CCTV.

Une vidéo publiée par le Centre chinois des réseaux sismiques montre des rochers dévalant une colline dans le canton de Luding et soulevant des nuages de poussière, avec des lignes téléphoniques qui vacillent sous l’effet des secousses.

Le Centre a fait état de plusieurs répliques de moindre intensité après le premier tremblement de terre.

 

Le Sichuan, très montagneux, est connu dans le monde entier pour ses réserves de pandas géants. La province est régulièrement frappée par des tremblements de terre.

En juin, un séisme de magnitude 6,1 avait déjà secoué cette région, faisant au moins quatre morts et des dizaines de blessés.

En mai 2008, un séisme très puissant, de magnitude 7,9, avait fait 87 000 morts ou disparus au Sichuan. La catastrophe avait constitué un choc national.

Parmi les victimes se trouvaient des milliers d’élèves tués dans l’effondrement d’écoles à la construction précaire. La police avait à l’époque arrêté des militants qui tentaient de compter le nombre précis d’enfants morts dans le désastre.

À voir en vidéo