« Dégâts massifs » au Pakistan

Environ 13 milliards de dollars canadiens seront nécessaires pour réparer les dégâts et reconstruire les infrastructures endommagées par les inondations, selon les autorités pakistanaises.
Fareed Khan Associated Press Environ 13 milliards de dollars canadiens seront nécessaires pour réparer les dégâts et reconstruire les infrastructures endommagées par les inondations, selon les autorités pakistanaises.

Les efforts se sont accentués mardi pour aider les dizaines de millions de Pakistanais affectés par les pluies de mousson tombées sans répit depuis juin, qui ont submergé un tiers du pays et tué plus de 1100 personnes.

Le premier ministre, Shehbaz Sharif, a déclaré qu’il s’agissait « des pires inondations de l’histoire du Pakistan » et estimé qu’au moins 10 milliards de dollars américains seraient nécessaires pour réparer les dégâts. « Je promets solennellement que chaque sou [d’aide internationale] sera dépensé de façon transparente. Chaque sou ira à ceux qui en ont besoin », a-t-il ajouté.

Selon le ministre de la Planification et du Développement, Ahsan Iqbal, « des dégâts massifs ont été causés aux infrastructures, en particulier dans les secteurs des télécommunications, des routes, de l’agriculture et des moyens de subsistance ».

Ces pluies ont détruit ou gravement endommagé plus d’un million d’habitations et dévasté de larges pans de terres agricoles essentielles à l’économie.

Les autorités et les organisations humanitaires éprouvent des difficultés à accélérer l’acheminement de l’aide aux plus de 33 millions de personnes — un Pakistanais sur sept — touchées par les inondations, car les flots ont emporté nombre de routes et de ponts.

Dans le Sud et l’Ouest, il n’existe presque plus d’endroit sec. Les déplacés s’entassent sur de grandes routes ou des voies ferrées en hauteur pour échapper aux inondations. Les victimes errent comme des spectres à la recherche d’abri, de nourriture et d’eau potable. « Pour l’amour de Dieu, aidez-nous », a plaidé Qadir, 35 ans, qui campe désormais avec sa famille près de Sukkur, après avoir marché pendant trois jours pour arriver là. « Il ne reste plus rien chez nous, nous avons juste réussi à sauver nos vies. »

Dans les zones montagneuses septentrionales, les autorités tentent toujours d’atteindre des villages isolés, ce qui pourrait encore alourdir le bilan de 1136 morts depuis le début de la mousson en juin.

« Tout n’est qu’un grand océan »

Les responsables pakistanais attribuent ces intempéries dévastatrices au changement climatique, affirmant que leur pays subit les conséquences de pratiques environnementales irresponsables ailleurs dans le monde.

 

« Voir la dévastation sur le terrain est vraiment ahurissant », a déploré lundi la ministre du Changement climatique, Sherry Rehman.

« Littéralement un tiers du Pakistan est sous les eaux actuellement », soit plus que lors des inondations de 2010, quand 2000 personnes avaient été tuées et près d’un cinquième du pays submergé par les pluies de mousson. « Tout n’est qu’un grand océan, il n’y a pas d’endroit sec d’où pomper l’eau. C’est devenu une crise aux proportions inimaginables. »

La province du Sind, dans le sud du Pakistan, est un horizon sans fin d’eau. Et le principal fleuve du pays, l’Indus, menace de sortir de son lit.

Le Pakistan a reçu deux fois plus de précipitations qu’habituellement, selon le service météorologique. Dans les provinces les plus touchées, les pluies ont été plus de quatre fois supérieures à la moyenne des 30 dernières années.

De crise en crise

 

Ces inondations surviennent au pire moment pour le Pakistan, qui avait déjà sollicité l’aide internationale pour aider son économie en crise. Le gouvernement a décrété l’état d’urgence et appelé la communauté internationale à le soutenir.

Il a lancé mardi, avec les Nations unies, un appel urgent aux dons de 160 millions de dollars pour financer un plan d’urgence pour les six prochains mois, d’abord destiné à fournir des services de base (santé, nourriture, eau potable, abris) aux 5,2 millions de personnes les plus touchées.

Le Fonds monétaire international (FMI) a donné lundi son accord à la reprise d’un programme de soutien financier, négocié de longue date et essentiel pour le pays, et annoncé le déblocage d’une enveloppe de 1,1 milliard de dollars.

Les États-Unis ont annoncé mardi un premier envoi d’aide humanitaire, d’une valeur de 30 millions de dollars. Des vols cargo ont commencé à arriver de Chine, de Turquie et des Émirats arabes unis.

« Le Pakistan est inondé de souffrances. Le peuple pakistanais est aux prises avec une mousson aux stéroïdes — l’impact implacable de niveaux de pluie et d’inondations est sans précédent », a déclaré le secrétaire général des Nations unies, António Guterres. Son porte-parole a annoncé qu’il se rendra dans le pays la semaine prochaine par « solidarité » avec les victimes.

Des camps de fortune sont apparus un peu partout — dans des écoles, sur des autoroutes, sur des bases militaires… — pour accueillir les déplacés.

À Nowshera, dans la province du Khyber Pakhtunkhwa, dans le nord-ouest du pays, un collège a été transformé pour accueillir quelque 2500 personnes, qui peinent à trouver nourriture et eau. « Je n’ai jamais pensé que j’aurais un jour à vivre ainsi », a déclaré Malang Jan, 60 ans, dont la maison a été engloutie par les eaux. « Nous avons perdu notre paradis et maintenant nous sommes forcés de vivre une vie de misère. »

À voir en vidéo