Le premier ministre pakistanais renversé par une motion de censure

Le premier ministre pakistanais, Imran Khan
Photo: Wakil Kohsar Archives Agence France-Presse Le premier ministre pakistanais, Imran Khan

Le premier ministre pakistanais, Imran Khan, a été renversé dimanche par une motion de censure votée à son encontre par l’Assemblée nationale, à l’issue de plusieurs semaines de crise politique et d’une dernière journée sous très haute tension.

Aucun premier ministre n’est jamais allé au bout de son mandat au Pakistan, depuis l’indépendance du pays en 1947, mais Imran Khan, au pouvoir depuis 2018, est le premier à tomber sur un vote de défiance.

La motion a été « approuvée » par 174 des 342 députés, a annoncé le président par intérim de la chambre, Sardar Ayaz Sadiq.

Shehbaz Sharif, le leader de la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N) et frère cadet de Nawaz Sharif, qui fut trois fois premier ministre, lui succédera selon toute vraisemblance à la tête de cette république islamique de 220 millions d’habitants dotée de l’arme nucléaire. Il devrait être confirmé lundi à ce poste par l’Assemblée.

Imran Khan, 69 ans, célèbre pour avoir mené l’équipe nationale de cricket, sport roi dans le pays, à sa seule victoire en Coupe du monde en 1992, a tout tenté jusqu’à la dernière minute pour se maintenir au pouvoir.

Toute la journée de samedi, ses soutiens ont cherché à retarder l’inéluctable, même s’ils savaient déjà ne plus avoir la majorité, certains des alliés dans la coalition au pouvoir du parti de M. Khan, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI, Mouvement du Pakistan pour la justice), ayant fait défection depuis plusieurs jours.

Les deux camps n’ont cessé de s’invectiver, le ministre des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, passant notamment une bonne partie de l’après-midi au pupitre pour défendre la position du gouvernement, dans un bel exercice d’obstruction parlementaire.

Déjà ajournée en fin de matinée, la séance l’a été une nouvelle fois en fin d’après-midi, le président de l’Assemblée demandant aux députés de revenir après l’« iftar », le repas du soir rompant le jeûne du ramadan.

De folles rumeurs

 

Les échanges houleux ont continué en soirée, alors que les rumeurs les plus folles agitaient la capitale Islamabad, placée sous très forte surveillance sécuritaire.

Dans un énième rebondissement, le président de l’Assemblée et son adjoint, alliés indéfectibles de M. Khan depuis le début de la crise, ont démissionné sous la pression, après avoir fait tout leur possible pour empêcher la tenue du vote.

Un autre parlementaire a pris leur place et la motion a dès lors pu être soumise au vote peu après minuit, non sans que les députés PTI aient décidé de quitter la chambre.

 

« Nous mettrons du baume sur les plaies de la Nation », a immédiatement promis Shehbaz Sharif, devant le reste de l’opposition extatique.

Ces blessures sont béantes tant les événements des dernières semaines et cette ultime journée irrationnelle ont exacerbé les divisions de la société pakistanaise.

 

Vendredi soir, M. Khan avait assuré dans une adresse à la Nation avoir « accepté le jugement de la Cour suprême » exigeant la tenue de ce vote sur la motion de censure.

La Cour avait considéré que ses alliés avaient agi illégalement en refusant dimanche dernier de soumettre cette motion au vote, au motif qu’elle résultait d’une « ingérence étrangère », et en décidant de dissoudre l’Assemblée, ce qui ouvrait la voie à des élections anticipées sous trois mois.

Conspiration américaine

 

La plus haute instance judiciaire du pays avait ordonné que l’Assemblée soit restaurée et que le vote sur la motion de censure ait lieu.

Dans son discours de vendredi, Imran Khan avait répété ses accusations des derniers jours, encore ressassées samedi par M. Qureshi, selon lesquelles il avait été la victime d’une conspiration ourdie par les États-Unis.

Il a accusé de trahison la PML-N et le Parti du peuple pakistanais (PPP), les deux partis qui ont dominé avec l’armée la vie politique nationale pendant des décennies, pour avoir selon lui intrigué avec les États-Unis afin d’obtenir son départ. Washington a nié toute implication.

À l’en croire, les États-Unis, déjà offusqués de ses critiques répétées à l’encontre de la politique américaine en Irak ou en Afghanistan, ont été ulcérés par sa visite à Moscou le jour même du déclenchement de la guerre en Ukraine.

Quel que soit le nom du successeur d’Imran Khan, une lourde tâche l’attend. Les défis sont nombreux, à commencer par une économie en berne et la multiplication des attaques menées par le Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), les talibans pakistanais.

Et son gouvernement pourrait n’avoir qu’une courte durée de vie. L’opposition s’était par le passé dite favorable à des législatives anticipées, mais seulement après avoir obtenu le départ de M. Khan. Ces élections doivent impérativement être convoquées d’ici octobre 2023, mais une fois au pouvoir elle sera en mesure de fixer le calendrier électoral lui convenant le mieux.

L’armée, clé du pouvoir politique dans ce pays qui a passé plus de trois décennies sous un régime militaire, et qui avait été accusée de soutenir M. Khan en 2018, n’est pas publiquement intervenue ces derniers jours.

À voir en vidéo