Au moins 50 morts lors du déraillement d’un train à Taïwan

Selon les autorités, l’accident aurait été causé par un engin de chantier qui, après avoir glissé d’un talus, a heurté le train qui s’apprêtait à entrer dans un tunnel près de la ville de Hualien, sur le littoral.
Photo: Sam Yeh Agence France-Presse

Selon les autorités, l’accident aurait été causé par un engin de chantier qui, après avoir glissé d’un talus, a heurté le train qui s’apprêtait à entrer dans un tunnel près de la ville de Hualien, sur le littoral.

Le déraillement d’un train bondé à Taïwan a fait au moins 50 morts et près de 150 blessés vendredi, le pire accident ferroviaire à survenir dans le pays depuis des décennies.

La tragédie aurait été causée par un engin de chantier ayant heurté le train qui s’apprêtait à entrer dans un tunnel près de la ville de Hualien, sur la cote est de l’île. L’engin, qui n’aurait pas été garé correctement, aurait malencontreusement « glissé jusqu’à la voie ferrée », a indiqué aux journalistes un responsable de la police locale, Tsai Ding-hsien. « C’est notre première conclusion et nous tentons de clarifier la cause de l’incident », a-t-il ajouté.

Des photos prises sur place par des médias locaux montrent l’arrière d’un camion à plateau jaune couché sur le côté, à proximité du train. La locomotive, qui a encaissé le coup, n’est plus qu’un amas de tôles, selon d’autres images publiées par le site Internet du journal local UDN.

Lourd bilan

Selon le dernier bilan fourni par l’Agence des chemins de fer de Taïwan, un Français figure parmi les personnes tuées. Deux Japonais et un résident de Macao comptent parmi les blessés.

Une survivante, citée par la chaîne TVBS, a indiqué que certains des passagers pris au piège pleuraient en appelant à l’aide, alors que d’autres étaient inconscients. « Beaucoup étaient comprimés sous les sièges », a mentionné la femme qui n’a pas été identifiée.

« Nous allons certainement déterminer la cause de cet incident qui a fait un grand nombre de victimes », a réagi de son côté la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, s’exprimant devant la presse depuis un centre de secours d’urgence à Taipei, la capitale.

À la recherche de survivants

Les sauveteurs ont travaillé pendant des heures pour atteindre les personnes emprisonnées dans le tunnel, utilisant des scies pour les sortir à travers des tôles déformées. En milieu d’après-midi, plus personne ne se trouvait dans les wagons, selon les autorités. Les secouristes étaient toutefois toujours sur place, ont constaté des journalistes de l’AFP.

En raison des séismes qui secouent régulièrement l’île, Taïwan a des sauveteurs expérimentés et en permanence prêts à intervenir pour venir en aide aux personnes qui se retrouvent coincées lors de catastrophes.

Les personnes qui avaient pris place à l’arrière du train semblent avoir été relativement épargnées. Des images diffusées sur Facebook par le journal UDN et filmées à l’extérieur du tunnel montrent au moins deux wagons n’ayant subi aucun dommage et des sauveteurs aidant les passagers à en sortir.

« J’ai eu l’impression qu’il y a eu une soudaine et violente secousse et je suis tombée », a témoigné une femme. Puis d’ajouter : « Nous avons brisé la fenêtre pour grimper sur le toit du train afin de sortir ».

Ce train, qui transportait environ 480 passagers et comportait huit wagons, reliait Taipei à la ville de Taitung, située au sud-est de l’île. L’accident s’est produit vers 9 h 30 (21 h 30 à Montréal), au premier jour de la fête annuelle du nettoyage des tombes.

Durant cette longue fin de semaine fériée, les Taïwanais rentrent généralement dans leur village natal pour nettoyer les tombes de leurs proches et faire des offrandes. Les routes et les voies ferrées de Taiwan sont généralement bondées.

L’accident de vendredi est l’une des pires catastrophes ferroviaires de ces dernières décennies à Taïwan. Le dernier grand déraillement de train à Taïwan remonte à 2018. Il avait fait 18 morts à l’extrême sud de la même ligne et plus de 200 des 366 passagers avaient été blessés. Le conducteur du train à huit wagons avait été accusé d’homicide par négligence.

Cet accident était le pire depuis 1991, lorsque 30 passagers avaient été tués et 112 blessés après la collision de deux trains à Miaoli. Trente personnes avaient également été tuées en 1981, quand un camion avait percuté un train de passagers à un passage à niveau, faisant voler les voitures par-dessus un pont à Hsinchu.

À voir en vidéo