Inondations et pluies diluviennes dans le sud-est d’Australie

De nombreuses zones du littoral de la Nouvelle-Galles du Sud, l’État le plus peuplé de l’Australie, sont sous les eaux, y compris des quartiers de Sydney.
Photo: Saeed Khan Agence France-Presse De nombreuses zones du littoral de la Nouvelle-Galles du Sud, l’État le plus peuplé de l’Australie, sont sous les eaux, y compris des quartiers de Sydney.

Les pluies diluviennes qui continuent de s’abattre sur le sud-est de l’Australie ont forcé l’évacuation de milliers de personnes lundi et provoqué la fermeture de centaines d’écoles.

« Je ne sais pas quand, dans l’histoire, nous avons été confrontés à un tel enchaînement de phénomènes météorologiques extrêmes au beau milieu d’une pandémie », a laissé tomber la première ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian. Ce genre de catastrophe arrive « une fois par siècle », a-t-elle ajouté.

De nombreuses zones du littoral de cet État le plus peuplé d’Australie sont présentement sous les eaux, y compris des quartiers de Sydney qui n’avaient plus connu de telles inondations depuis des décennies. Des images aériennes de certaines localités de la côte montraient lundi des rangées de maisons partiellement submergées, certaines villes ayant reçu l’équivalent de trois mois de pluie en l’espace de quelques heures seulement.

Les secouristes ont parfois dû utiliser les bateaux des sauveteurs en mer pour atteindre les sinistrés.

Quelque 18 000 personnes jusqu’ici ont reçu pour consigne d’évacuer leur résidence, et 38 régions ont été déclarées en état de catastrophe naturelle. La Mid North Coast, au nord de Sydney, est la région la plus touchée par la crue des eaux.

« Les dégâts sont incroyables », laisse tomber Marten Clark, propriétaire d’un café dans la ville côtière de Port Macquarie. Plus d’un mètre d’eau s’est infiltré dans son établissement, endommageant entre autres ses équipements électroménagers.

Les services d’urgence ont reçu au moins 8800 appels à l’aide depuis le début de la crise et porté assistance à des centaines de personnes. Pour l’heure, aucun décès ou personne grièvement blessée n’ont été rapportés aux autorités.

Huit millions d’habitants ont également été invités à éviter les déplacements non essentiels et à travailler de chez eux quand ils le peuvent. Certaines zones ont reçu 250 millimètres de précipitations en 24 heures.

Le contraste est grand avec la fin 2019, quand la Nouvelle-Galles du Sud avait été confrontée à des feux de forêt sans précédent et à des restrictions d’eau, en raison d’une longue période de sécheresse. Les scientifiques ont déjà averti que l’Australie sera particulièrement exposé aux phénomènes météorologiques extrêmes en raison des changements climatiques.

Autour de Sydney, dans la vallée d’Hawkesbury-Nepean, les fleuves devraient atteindre des niveaux qui n’ont plus été vus depuis 1961. En amont, le barrage Warragamba, qui fournit l’essentiel de l’eau potable de Sydney, a commencé à déborder samedi après-midi.

Le Bureau météorologique a annoncé que les conditions demeureraient compliquées lundi, avant que la situation ne s’améliore dans la semaine. Dans certaines zones, des habitants ont été autorisés à revenir chez eux à la faveur d’un début de décrue.

À voir en vidéo