La Chine soutient que les dossiers des «deux Michael» ont été traités dans les règles

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian
Photo: Greg Baker Agence France-Presse Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian

La Chine défend la façon dont elle a traité les dossiers des deux Canadiens détenus dans ce pays depuis plus de deux ans.

Michael Spavor devrait comparaître vendredi, tandis que l’audience de Michael Kovrig doit avoir lieu lundi.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a insisté jeudi sur le fait que les deux causes ont été traitées conformément aux lois chinoises ainsi qu’aux droits individuels des deux hommes.

Le Canada n’est pas d’accord : le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, qualifie toujours leur détention d’« arbitraire » et accuse Pékin de manquer de transparence.

M. Garneau soutient que le Canada n’a appris les dates des procès que mercredi, à la veille d’une rencontre de haut niveau entre les États-Unis et la Chine, jeudi en Alaska.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, devrait y évoquer le cas des « deux Michael », qui sont en détention depuis que le Canada a arrêté la dirigeante de Huawei, Meng Wanzhou, en décembre 2018 à Vancouver, en vertu d’un mandat d’extradition américain.

« Les organes judiciaires chinois traitent les affaires de manière indépendante, conformément à la loi, et garantissent pleinement les droits légitimes des personnes concernées », a déclaré M. Zhao lors d’un point de presse jeudi matin.

Il a également insisté sur le fait que la Chine avait respecté les termes de deux accords clés : la Convention de Vienne sur les relations consulaires et l’Accord consulaire entre le Canada et la Chine. Et il a nié les spéculations selon lesquelles le moment des audiences était lié « au dialogue stratégique de haut niveau Chine-États-Unis » en Alaska.

M. Garneau a rappelé que le Canada travaillait sans relâche pour obtenir la libération des deux hommes et a demandé un accès consulaire continu ainsi que la possibilité d’assister aux procédures judiciaires. « Les autorités canadiennes continueront de fournir un soutien consulaire à ces hommes et à leurs familles pendant cette épreuve inacceptable », a-t-il promis.

Lever les sanctions américaines ?

Le Wall Street Journal a rapporté mercredi que la Chine profiterait de la réunion en Alaska, jeudi, pour demander aux États-Unis de lever les sanctions imposées par l’ancienne administration de Donald Trump à certains ressortissants et entités chinoises, dont le géant technologique Huawei.

Le secrétaire d’État Blinken et le président Joe Biden se sont récemment joints à la liste des dirigeants mondiaux qui ont pris la défense des « deux Michael », dans le cadre d’une « réinitialisation » des relations entre le Canada et les États-Unis après l’ère Trump.

« Les êtres humains ne sont pas des monnaies d’échange », avait déclaré le président Biden à l’issue d’un sommet virtuel avec le premier ministre Justin Trudeau, le mois dernier. La même semaine, le secrétaire Blinken a promis une « solidarité absolue » avec le Canada, à l’issue de sa conférence virtuelle avec son homologue Garneau et une foule d’autres responsables canadiens, dont Kirsten Hillman, l’ambassadrice du Canada aux États-Unis.

M. Blinken a également salué la Déclaration contre la détention arbitraire dans les relations d’État à État, une initiative canadienne qui regroupe plus de 50 pays opposés à la détention politique de ressortissants étrangers parrainée par un État.

À voir en vidéo